sak ifé nout jordu ék nout demin

Aline Murin Hoarau : patrimoine caché de la Roseraye


Politiblog
Dimanche 16 Septembre 2012

Conserver, restaurer, réhabiliter le patrimoine, c'est une façon de faire connaissance avec ceux qui ont fait en sorte que nous avons cette existence aujourd'hui.
C'est aussi susciter la curiosité, l'envie de voir, d'apprendre, de comprendre.
Les journées du patrimoine axés sur le thème des patrimoines cachés nous ouvre les portes des trésors enfouis et masqués à la vue de tous les jours.


Christian Adam Villiers à Sainte Rose nous a ouvert les portes de son domaine.

Le domaine de la Roseraye  a toujours été la résidence de la famille Adam de Villiers.

Depuis quatre générations, cette famille d'agriculteurs a marqué l'histoire de la commune de Sainte Rose.

 En 1899 Philippe Adam de Villiers, le fils de Jacques, devient propriétaire du domaine qui restera dans le clan familial pour être transmis de père en fils.

Désormais, c’est Christian, l’arrière petit fils de Philippe avec ses deux frères et sa sœur qui entretiennent le patrimoine familial. Tous les jours Christian sillonne les allées de l’immense jardin où des pierres de taille différentes et des arbres centenaires racontent l’histoire du domaine.

 

Ce site historique a gardé de nombreux vestiges du patrimoine industriel.

Haut lieu de l'histoire de la canne, ce grand domaine est rempli d'émotions fortes.

C'est une belle maison créole de caractère. Elle raconte autant l'histoire de la souffrance que celle du bonheur de la famille, maitre des lieux pendant plus d'un siècle.

La visite de ce domaine nous fait voyager dans la culture réunionnaise.

Cette culture c'est avant tout un art de vivre.
Les conversations sous la varangue, un grand jardin où le parfum des fleurs se mélange aux essences des bois de senteurs et à ces arbres centenaires.

On découvre aussi des lieux de vies rythmés par des objets qui ont traversé le temps ( vaisselle, anciennes photos, livres, mobiliers anciens, fusils...).

Cachée sous une végétation envahissante, la machine à vapeur fabriquée et datée de 1817 existe toujours. C'est en 1870 que le propriétaire de l'époque a fait l'acquisition de ce moulin anglais pour broyer la canne. Ce moulin, similaire à celui présent sur le parvis du musée de Stella Matutina, serait la plus ancienne machine à vapeur de l’île.


Le domaine de la Roseraye nous fait voyager dans le patrimoine industriel, culturel, traditionnel.

 C'est un voyage au cœur d'un art de vivre particulier qui est offert au visiteur. Une visite unique pour un contact avec notre histoire, ce domaine mérite d'être préservé.
Les visites se font uniquement sur rendez-vous. Christian propose aussi une table pour les fins gourmets.

 

 



Aline Murin Hoarau



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 25 Mars 2020 - 10:16 « La fin d’un cycle et de modèle ».