sak ifé nout jordu ék nout demin

Affaire Mousajee - Droit de réponse de la Sogecore


Citoyen
Vendredi 19 Février 2016


Droit de réponse : Suite à l’article de Salim Moussajee, portant le titre "Un pauvre employé s'est déjà pendu à la SOGECORE après une sévère altercation avec le PDG Juge Prud'homal Amir Meralli Ballou" et paru sur votre site le mercredi 20 janvier 2016, la Sogecore souhaite apporter son droit de réponse.
 
Au sujet des mensonges répétés des Consorts Moussajee sur les circonstances du décès d’un collaborateurs, Sogecore considère qu’il s’agit d’un évènement tragique et douloureux survenu en février 2013 dans une des sociétés du groupe.
 
Sogecore n’entendait pas revenir sur cet épisode jusqu’à présent par respect pour la mémoire du défunt et par correction envers sa famille qui avait déjà donné les explications de sa disparition (http://archives.clicanoo.re/spip.php?article357887 et http://archives.clicanoo.re/spip.php?article357773)
 
Toutefois, le retour sur cet évènement tragique est toujours l’occasion pour Monsieur Salim Moussajee d’accuser la société d’avoir poussé un homme au suicide.
 
Ces accusations sont graves, fausses, déloyales et surtout irrespectueuses.
 
L’évènement auquel il est fait référence a donné lieu à une enquête indépendante menée en bonne et due forme par les services administratifs.
 
Les conclusions de cette enquête sont claires, : Sogecore n’est en aucune façon responsable de cet accident.
 
Néanmoins, faute de pouvoir faire la faire cesser, la Sogecore ne peut que déplorer, l’instrumentalisation nauséabonde faite par Monsieur Salim Moussajee de ce malheureux accident pour ses campagnes de diabolisation.


Sogecore



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 24 Juin 2019 - 12:12 Mensonges à la Chambre des Métiers