sak ifé nout jordu ék nout demin

"A aucun moment, les risques n’ont été minimisés par la ville", dixit la mairie de St-Paul


Édito
Jeudi 25 Juillet 2013

"Suite à la diffusion sur Internet d’une note interne des services de la Ville relative au risque requins, adressée aux maîtres-nageurs en décembre 2008, la Municipalité de Saint-Paul souhaite apporter plusieurs précisions afin d’assurer une totale transparence sur ce dossier".


"A aucun moment, les risques n’ont été minimisés par la ville", dixit la mairie de St-Paul
"Cette note faisait suite à un questionnement de principe d’un maître-nageur sur l’attitude et les procédures à appliquer en cas d’observation de requins.

Rappelons qu’en 2008, le contexte était tout autre, le « risque requin » ne connaissait absolument pas le caractère dramatique que nous observons aujourd’hui. Les attaques enregistrées depuis plusieurs décennies n’avaient jusqu’alors jamais entraîné de mesures particulières de la part des différentes communes concernées.

Dès son arrivée en 2008, la nouvelle Municipalité, soucieuse de revoir en profondeur l’organisation de la sécurité sur les plages, s’est attachée à mener une restructuration complète des différents postes de secours sur les zones de baignade surveillées, qui rappelons-le, sont les plus nombreuses de l’Ile.

A compter de cette date, la Commune n’a eu de cesse d’améliorer les moyens humains et matériels alloués à la sécurisation de la baignade, devenant ainsi la commune de référence en la matière.

En 2011, au démarrage de ce qui allait devenir une crise, la Commune a amplifié son action et a mobilisé les acteurs institutionnels et les partenaires associatifs afin d’élaborer un programme d’actions destiné à protéger les usagers de la mer. Les premières tables rondes et réflexions en la matière ont été mises en œuvre à son initiative.

La Commune a mis en place trois actions urgentes portant sur la recherche scientifique, l’information et la prévention et la gestion de l’alerte requin. La Ville a investi plus de 350 000 euros dans la signalétique, les filets de protection, les matériels de sauvetage, l’équipement des sauveteurs et observateurs requins, le matériel de surveillance, etc.

En outre, vingt observateurs requins ont été recrutés afin de renforcer la surveillance des plages. Depuis, 2011, la Commune a multiplié les acquisitions et les mesures pour optimiser la surveillance des zones de baignade.

A aucun moment, les risques n’ont été minimisés par la ville. La note de 2008 est une réponse à l’interrogation d’un agent au sein d’un service en pleine restructuration et redéfinition des procédures d’intervention.

La commune ne peut que dénoncer et regretter cette honteuse tentative de décrédibilisation des services communaux sous couvert d’un courageux anonymat et tient ainsi à rétablir les faits".

Communiqué



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Jako le 25/07/2013 09:19
La désinformation organisée ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit