sak ifé nout jordu ék nout demin

​VOILÁ 23 ANS QUE DISPARAISSAIT UNE FIGURE EMBLÉMATIQUE DE ST-LEU


Citoyen
Mardi 25 Octobre 2016

C’était un mercredi 27 octobre 1993, exactement 23 ans jour pour jour que disparaissait une grande figure emblématique de la politique locale de Saint-Leu et de la Réunion, en la personne de M. Mario Hoareau. Il a laissé derrière lui, un vide immense tant son histoire a été marquée par plus quarante ans de lutte pour nous mener à la départementalisation et aussi à combattre avec acharnement, la pauvreté, les inégalités, plus particulièrement en aidant à sa manière la population les plus défavorisées de St-Leu à sortir de leur marasme caractérisé par la misère.


L’histoire nous raconte que Mario Hoareau a été un vieux routier de la politique depuis 1936, mais aussi un syndicaliste militant d’envergure et un résistant hors pair. Grand acteur de la vie politique aux côtés ses compagnons de route Léon Lepervanche et Raymond Vergès. Il a été aussi maire de la commune de St-Leu, conseiller général du canton de Piton St-Leu et Président du Conseil Régional. Ainsi, tout le monde l’avait nommé «   l’homme à conviction, homme de dialogue et le pionnier du consensus », puisqu'il a réussi en 1983 à faire le consensus au Conseil Régional.

L’œuvre que la population reconnait en lui, fervent artisan de la Départementalisation, mais aussi acteur de la Décentralisation, Syndicaliste chevronné, puisqu’il a été pendant plusieurs années délégué départemental des syndicats des postes et il a aussi fondé le CRADS (Comité Républicain d’Action Démocratique et Sociale), qui évoluera par la suite en Fédération Locale du Parti Communiste et dans la foulée décroche la Mairie de Saint-Leu en 1945.

Outre, les nombreux projets mis en place à l’époque pour le bien être de la population. On lui doit aussi entre autres les diverses citernes d’eau construites sur toute la commune dont la citerne des quatre Robinets ou « citerne 46 » à St-Leu Ville ou encore la transformation du Séchoir à tabac du Piton en première cantine gratuite de l’Île pour tous les enfants de la commune. Une manière originale de promouvoir l’école dont l’éducation aux enfants les plus défavorisés et les plus démunis.

D’ailleurs, c’était dans ce lieu nommé séchoir que fût dressée la chapelle ardente dont son corps a été exposé le jeudi 28 octobre 1993. Un endroit qui n’a pas été choisi au hasard car ce séchoir première cantine gratuite, symbolisant la lutte contre grande misère de la population St-Leusienne et d’un long combat démarré afin de favoriser l’éducation scolaire pour tous.

23 ans après, pour saluer son courage, sa détermination et son combat, et pour que la mémoire ne sombre pas dans l’oubli, une belle initiative a été prise par le Député-Maire Thierry Robert dans laquelle je m’inscris totalement. D’inaugurer en ce jeudi 27 octobre une école primaire au site du Bois-Nèfles Piton St-Leu au nom de l’ancien maire Mario Hoareau. Une manière de rendre hommage à l’homme qui a joué un rôle essentiel pour le département et qui aura surtout marqué d’une empreinte indélébile l’histoire de St-Leu et de La Réunion.

Jean Claude COMORASSAMY



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Bayoune le 30/10/2016 09:25
Li la été osi inn dé promiyé pou difize lo porno la Réniyon. Lo nom la resté, té i di Mario Porno Rio!!!

2.Posté par Dudule le 31/10/2016 10:52
Au sujet de sa Présidence du conseil Régional, il y a tout de m^me la petite histoire. En fait suite à un accident d'un conseiller hospitalisé, dans la liste de droite, il s'est trouvé 22 élus de gauche 'essentiellement PCR, et 22 élus de droite. Dans ce cas là c'est le plus âgé qui est élu. Mario Hoareau étant le plus âgé, c'est lui que la gauche a présenté et il a été élu Président du conseil Régional.

Le consensus dont parle l'article était en fait un consensus du à son âge.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 24 Juin 2019 - 12:12 Mensonges à la Chambre des Métiers