sak ifé nout jordu ék nout demin

​Rencontre avec George Pau-Langevin, ministre des Outre-mer


Politique
Lundi 4 Juillet 2016

Le PCR pour un grand débat sur la loi pour l’égalité réelle
Suite à une lettre ouverte adressée jeudi à la ministre des Outre-mer, le Parti communiste réunionnais a été invité ce 4 juillet à une rencontre par Mme George Pau-Langevin. La délégation était composée d’Yvan Dejean, Maurice Gironcel et Ary Yée Chong Tchi Kan. C’était la première fois depuis le début du mandat de François Hollande que le PCR en tant que tel était reçu à ce niveau.



L’échange a porté sur les points abordés dans la lettre ouverte.

1. Le PCR a pris acte de la déclaration du Président de la République qui a annoncé une grande loi sur l’égalité réelle. Il a aussi rappelé à la ministre le problème des inégalités de revenus à La Réunion. L’échéance de la loi approche, car le vote va se réaliser dans quelques mois. Les choses avancent, car le gouvernement a déjà transmis au CESE et au Conseil d’État le titre premier du projet de loi. La rencontre a été l’occasion pour le PCR de remettre à la ministre ses propositions sur l’égalité réelle. Ceci souligne pour le PCR l’importance de lancer un débat sur ce sujet.

Le PCR a indiqué à la ministre qu’il regrette qu’il n’y ait pas une concertation sur ce point, une discussion, un débat pas seulement avec les édiles mais l’ensemble des forces vives de La Réunion.

2. Le PCR a également présenté à la ministre des problèmes d’actualité qui vont impacter l’avenir. C’est le cas de la filière canne-sucre, où l’Europe n’a toujours pas dit oui aux 38 mil- lions d’euros. Tout le monde se veut rassurant, mais au-delà de cette aide supplémentaire se pose à long terme le problème de la filière avec la disparition du quota et du prix garantis. Le préfet a initié un groupe de travail. Le PCR a rappelé que quand il y a eu l’annonce de la fin des quotas laitiers, le ministère a pris l’initiative de mettre en place un groupe de travail. D’autant plus que des menaces se précisent sur la filière. Ce sont les accords signés entre l’Union européenne et certains pays pour l’importation de sucres spéciaux sur le même marché que le sucre réunionnais. De plus, nous risquons la restriction du marché avec la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

3. Le PCR a aussi abordé avec la ministre la question de l’Accord de partenariat économique (APE) entre les pays voisins et l’Union européenne. Lors du sommet de Moroni en 2014, les États membres ont demandé à la COI d’accélérer les négociations de l’APE avec l’Union européenne. La réponse du secrétaire d’État aux Affaires européennes laisse le PCR perplexe. Il dit que les collectivités réunionnaises sont associées à ces négociations. Ou bien ces collectivités de La Réunion gardent le secret, ou alors elles ne sont pas asso- ciées. En effet, personne n’est au courant de rien.

4. Concernant Mayotte, le PCR considère que les problèmes sont devant nous. Ce que nous voyons n’est rien par rapport à ce qui va se produire. Il existe une pression démographique incontrôlée. Quand Valery Giscard d’Estaing décide du référendum d’autodétermination des Comores, Mayotte avait 45.000 habitants. Elle en compte aujourd’hui officiellement 250.000 et va vers les 500.000 habitants. La tendance sera d’aller vers le département le plus proche. Pense-t-on sérieusement que La Réunion est en mesure d’accueillir des dizaines de milliers de Mahorais dans les années qui viennent sans conséquence sur la cohésion sociale de notre pays ?

Le PCR a dès 1975 dénoncé cette décision de Giscard d’Estaing, et a dit à chaque gouver- nement français de ne pas persévérer dans cette voie.

5. Au sujet de l’emploi, le PCR a indiqué à la ministre constater des signes d’une légère amélioration mais qui ne remettent pas en cause la tendance de fond qui est le chômage massif, qui touche toutes les catégories. Les emplois aidés contribuent à atténuer les effets du chômage. Le PCR a de nouveau défendu la proposition de deux grands services d’intérêt public gérés par une structure neutre composée des représentants de l’État, des collectivités, de syndicats et de chômeurs. Deux objectifs : ouvrir des perspectives d’emplois durables, et mettre fin au clientélisme.
Le PCR a aussi souligné que l’État est confronté à la sortie de 1.463 emplois d’avenir cette année, dont on ne connaît pas le sort.

6. La future loi pour l’égalité réelle dans l’Outre-mer doit donc donner lieu à un grand débat et nous avons des propositions que nous sommes prêtes à partager. Cette loi doit abolir les inégalités réelles dans La Réunion. Cela passe par une nouvelle politique qui viendrait améliorer le pouvoir d’achat, notamment des plus pauvres.

Concernant la gouvernance, le PCR a rappelé l’importance de la suppression de l’alinéa 5 de l’article 73 de la Constitution pour mettre en place une assemblée territoriale unique.
La ministre des Outre-mer a fait part de son intérêt sur plusieurs sujets. Le PCR a insisté pour que le débat sur l’avenir de La Réunion se fasse avec les Réunionnais.
Le Port, le 4 juillet 2016

Les co-secrétaires généraux du PCR

Yvan Dejean, Maurice Gironcel, Ary Yée Chong Tchi Kan



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Septembre 2020 - 15:00 Alain BENARD : Candidat sur la 2e

Dimanche 30 Août 2020 - 08:17 Le combat continue