sak ifé nout jordu ék nout demin

 Joé Bédier : "Oui, je souhaite devenir maire de Saint-André"


Invité(e)
Vendredi 11 Octobre 2013

"Aujourd’hui, c’est avec mon cœur que je vous parle de Saint-André, et de mon attachement profond à cette ville qui m’a vu naître. Aimer Saint-André, cette ville unique en son genre, c’est aussi prendre en considération son passé, ne pas faire l’impasse sur les hommes et les femmes qui ont fait son histoire, des engagés venus d’ailleurs, des commerçants, des agriculteurs, des artisans, des gens simples... des gens du peuple".


 Joé Bédier : "Oui, je souhaite devenir maire de Saint-André"
"Aimer Saint-André, c’est comprendre le sens de son histoire, et intégrer l’héritage socioculturel qu’ils nous ont laissé dans nos réflexions.

Pour moi, Saint-André c’est cette région dynamique située entre la Rivière Saint-Jean et la Rivière du Mât ; C’est cette ville, qu’on appelait «Beau Pays» au 18e siècle. On y cultivait le thé, le café, le manioc, le tabac et la vanille.

La production battait son plein, les hommes et les femmes étaient actifs, et la ville en pleine expansion. Cette image positive que décrivent les historiens, nous nous devons de l’entretenir.
 
Nous savons d’où nous venons, cependant, il me semble que nous ne savons plus très bien dans quelle direction nous allons.
 
Saint-André, notre ville, a-t-elle le rayonnement et la dynamique socio-économique qu’elle mérite ?
- Ma réponse est NON !
 
Cette énergie, nous l’avons égaré. Comment voulez-vous que notre ville ait la dimension qui lui revient de droit, puisque des individus qui ne pensent qu’au pouvoir, et au favoritisme, détenaient les clés de notre ville durant tant d’année.
 
J’entretiens une relation forte avec la population saint-andréenne depuis 1998, année de ma première présentation aux élections cantonales, et cette relation s’est amplifie en 2001 lorsque je suis devenu conseiller municipal de l’opposition.
 
Et depuis 2008, de par mes fonctions d’élu, je suis au cœur de la population saint-andréenne au quotidien. Et laissez-moi vous dire, qu’avant de vous réunir ici aujourd’hui, j’ai rencontré des centaines de mes concitoyens, des jeunes, des moins jeunes, des séniors, de toutes origines et conditions. Je les ai écoutés.

J’ai rencontré aussi des responsables d’associations, des chefs d’entreprise, des pères et mères de famille, des élus ; j’ai entendu des paroles qui m’ont beaucoup touché, certains sont découragés, d’autres sont déçus.

Malgré toutes leurs déceptions et leurs découragements, j’ai continué à travailler pour les administrés de Saint-André.
 
Dans leurs propos, j’ai ressenti des inquiétudes, mais aussi des doutes. Des inquiétudes sur leurs difficultés de la vie quotidienne, sur l’incapacité de se projeter un avenir. Des doutes sur la volonté des dirigeants, à apporter des réponses concrètes à leurs attentes, et cette sensation de vivre dans une ville qui se perd et qui a beaucoup de mal à se trouver.
 
Cependant, au fil des discussions, le désir de voir changer les choses subsiste, l’espérance d’une dynamique nouvelle et d’un renouveau réjouit même les plus inquiets. Jour après jour cette réalité me suivait. Il me fallait trouver la voie d’une relation nouvelle avec ma ville de cœur, et pouvoir apporter des réponses et des débuts de solutions aux attentes de mes concitoyens.
 
J’aurais pu choisir la facilité, me poser chez moi dans mon fauteuil et regarder les autres combattre dans l’arène. C’est pourtant si simple de rester spectateur, anonyme parmi les anonymes.
 
Tant de fois on m’a posé la question sur l’avenir de Saint-André et sur le rôle que je pourrais jouer. Jusqu’à maintenant, et volontairement, je n’ai donné aucune réponse à ces interrogations, je me suis contenté de collecter au maximum les impressions des uns et des autres, leurs attentes et leurs souhaits. Le temps était mon allié, l’écoute et la compréhension mes meilleurs amis.

 
La conclusion de ces 6 années d’écoute, d’observation et d’analyse est sans appel. Saint-André a besoin d’une autre vision, d’une autre politique, d’un autre projet de ville. Ma situation de premier adjoint aurait pu me pousser à adopter un comportement suiviste, mais j’aurais été en contradiction avec ma conscience, avec moi même. Rester insensible au sort de cette ville que j’aime tant ne me ressemble pas.

Je ne peux me résigner à laisser notre ville aux mains de celui qui n’agit pas avec son cœur, mais uniquement sur des calculs électoraux, qui dirige notre cité saint-andréenne avec une vision totalitaire, qui prend des décisions unilatérales et ignore l’esprit d’équipe. De tels comportements sont intolérables dans une démocratie.
 
Le Saint-André auquel j’aspire, ne laisse pas de place à la politique politicienne et aux favoritismes familiaux.
 
Face à cela, je me devais absolument de réagir, je me devais de répondre à tous ceux qui pendant des semaines et des mois m’ont fait part de leurs attentes, de leurs espoirs, et le moment est venu.
 
Devant vous aujourd’hui, avec responsabilité,
 
je dis OUI à Saint-André,
OUI aux Saint-Andréennes et aux Saint-Andréens,
OUI je suis candidat à l’élection municipale de 2014
OUI je souhaite devenir Maire de Saint-André
OUI je souhaite devenir le maire de tous les Saint-Andréens, de toutes origines et de toutes les conditions.
 
Depuis 1971, Saint-André subit une vision politique indécente, visant à maintenir sous contrôle une certaine partie de la population. Quoi de plus déplorable que d’utiliser la vulnérabilité de certains Saint-Andréens à des fins politiques, ou plutôt personnelles.
 
Je me suis posé la question : que serait Saint-André aujourd’hui, si pendant ces dernières années la ville avait été gérée de manière responsable, comme tout citoyen est en droit d’attendre ?
 
Cette ville serait proche de l’idée que je me fais aujourd’hui d’une commune en pleine expansion de plus de 50 000 habitants, où les infrastructures et les aménagements seraient faits pour le bien-être des habitants, où l’humain serait au cœur des préoccupations des élus, ou les inégalités sociales les plus marquées seraient farouchement combattues.
 
Ce Saint-André-là, c’est ce pour quoi je suis devant vous aujourd’hui. Et malgré toutes ces années perdues, il n’est pas trop tard.
 
Nous pouvons ensemble changer cela, et donner à Saint-André la dimension qu’elle mérite, pour que les générations futures, celles de nos enfants et de nos petits enfants, puissent vivre dans un environnement en adéquation avec leur époque.
 
Avec tous les Saint-Andréens, je souhaite écrire une page nouvelle dans l’histoire de Saint-André et ouvrir la voie vers le Saint-André du futur. Ce Saint-André de demain, qui fera la fierté de tous ceux et celles qui y vivent.
 
Pour cela nous avons besoin de toutes les volontés, réunies dans un mouvement dynamique baptisé UDSA.
 
L’UDSA (Union Démocratique pour Saint-André) dont je suis le Président et instigateur, est un rassemblement de citoyens en rupture totale avec les politiques pratiquées à Saint-André depuis plus de 4 Décennies.
 
Autour de moi dans ce mouvement, Mr Christophe PASQUET Vice Président, Mr David GAUVIN Trésorier, Mme Nazira VINGADACHETTY Trésorière adjointe et Mme Priscilla CEVAMY Secrétaire.
 
C’est un mouvement populaire où toutes les énergies ont leur place, ou les idées des uns et des autres sont les éléments moteurs de nos réflexions. Il faut que chacun prenne conscience que se cache en nous tous un développeur potentiel et que de petites idées peuvent engendrer des grandes décisions et de fait emmener des changements profonds dans notre société.
 
L’avenir de notre ville est l’affaire de tous, et notre objectif est d’impliquer tous les Saint-Andréens dans la construction de notre Saint-André de demain. Fini les combats de bloc contre bloc pour le pouvoir, voici venu, avec l’UDSA, le temps de la concertation, du rassemblement autour d’un thème fédérateur : l’avenir de Saint-André est l’affaire de tous
 
Jeunes, parents, chefs d’entreprise, agriculteurs, employés, chômeurs, l’UDSA est un mouvement structuré ou chacun peut y trouver sa place. C’est une cellule de réflexion sur notre ville ou les aspirations et les compétences de chacun constituent l’essence même de ce mouvement.
 
J’ai des valeurs et je tiens à les défendre. Mon engagement politique n’aurait aucune raison d’exister sans ces principes qui fondent mes convictions. Une société basée sur l’écoute, le respect, la solidarité, l’équité. Mon expérience du monde associatif, culturel, mes responsabilités en tant qu’élu n’ont de sens que s’ils sont mis au profit de Saint-André et des Saint-Andréens.
 
Avoir des valeurs, une vision, c’est important, mais nous devons aussi savoir écouter, prendre en compte les idées et les avis de tous, et dans la mesure du possible les mettre en application, car tout citoyen doit pouvoir s’approprier une part du renouveau de Saint-André.

Ce que nous déciderons en mars prochain visera à améliorer le quotidien de tous sans exception. Mais nous n’allons pas aujourd’hui entrer dans les détails du projet, nous aurons l’occasion de revenir sur ce sujet, lors du premier séminaire de l’UDSA qui se tiendra fin novembre, et nous ne manquerons pas de vous convier.

Ce que je peux vous dire dès maintenant c’est que notre projet portera sur 2 axes principaux, le social et l’économie, car il ne peut y avoir d’équilibrage social sans développement économique.
 
Je ne veux pas d’une campagne basée sur la violence verbale, les blâmes envers quiconque. L’engagement politique est à lui seul une épreuve suffisamment lourde demandant tellement d’énergie. J’ai surtout un projet pour Saint-André, non pas le projet d’un homme pour ses intérêts, mais servir l’intérêt de tous et me mettre au service de chacun, et c’est ensemble que nous allons gagner.
 
Et c’est pour cela, qu’aujourd’hui, je lance un appel à toutes les forces vives, à toutes celles et tout ceux qui ne souhaitent pas le retour de ceux qui étaient aux responsabilités pendant de nombreuses décennies. Au moment ou je vous parlent je pense à mes amis et camarades du PCR avec lesquels nous avons remporté une victoire historique en 2008, ainsi qu’à mes collègue du groupe majoritaire.

Tous ensemble, avançons vers la victoire pour un véritable changement à Saint-André".

UDSA



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Bayoune le 11/10/2013 10:55
Lo konba de kok la komansé, napi lute de klass, mé biyin in lute de plass. E pou réusir son old up, li fé apèl o profesiyonèl du pcr, èk lekzanpe de Sintesizane. Li rosanb in soumarin pcr konte Fruteau-PLR. Et il va aider le vieux soval de rotour artrouve son plass. Ou est l'intérêt de la population Sintandréinn, kan bann komandèr i batye entrzot pou ginye la plass. Quelle démocratie existe encore quand elle est détournée. Faut -il encore leur faire confiance et aller voter pour donn inn loke anou davantaz? Et nou boykote zot moukate zélèksiyon ?

2.Posté par Yvonne le 11/10/2013 13:07
Mr Bédier n'est pas un sous-marin du PCR , c'est quelqu'un qui est humain.

3.Posté par y refé le 11/10/2013 14:16
Ce monsieur a léché pendant 5 ans, il lâche son majorité et son mentor à 6 mois des élections, et il lynche sa majorité maintenant. Pendant 5 ans la soupe était bonne Joé ? Rien à redire sur le fonctionnement familiale de ton maire et aujourd’hui on se réveille. Pourtant tout le monde le sais qu’à st André 4 personnes dirigent la mairie, entre Fruteau, boyer , seraphine et mondissa pas de place pour le 1er adjoint introverti. Jamais une opposition sur les décisions du conseil municipal de votre part toujours dans le béni oui-oui. Je sais aussi qu’à st andré le fait de dire tout haut les disfonctionnements de la mairie grille même le simple citoyen que je suis avec l’intervention de la police du maire. L’avenue ile de France a de grande oreille et le kgb le raconte tout de suite à la garde rapprochée du maire. Mais mon Joé qu’a tu fais pendant ses 5 ans pour libérer st André ? à part laisser le maire virer ton directeur de l'ehpad qui n'est pas rancunier il revient sur votre liste.
Mais pour les personnes qui ne connaissent pas le Bédier je vous conseille une très très bonne lecture il n’est pas à son coup d’essai le monsieur article de 2009.
http://www.zinfos974.com/Joe-Bedier-evince-de-la-CFDT-Cela-ne-me-fait-ni-chaud-ni-froid_a6066.html
Les commentaires de ses ex copain du syndicat sont intéressants. Encore un monsieur propre comme fruteau d’ailleurs qui se ressemble s’assemble.

4.Posté par Bayoune le 11/10/2013 14:31
On peut avoir un visage humain et être le démon. Obam... en est un, et un prix nobel de la... mi alé dire de la paix alors qu'il est un homme de guerre comme hollande et Fabuis, l'homme du sang contaminé qui a empoisonné tant de personnes dans le monde. Si je comprends bien votre raisonnement le pcr ne serait pas humain, mais l’êtes vous vous même? Avons nous, électeurs le droit de leur donner un CDD de 5 ans, quand une fois en place, ils ne vont accordé aux électeurs que nous sommes kin ti kontra 3 à 6 mois et se transformer en potentats et saigneurs locaux .

5.Posté par LA VERITE le 12/10/2013 12:17
A regarder la photo , sur les quatre personnes 3 sont contre le maire actuel il suffit de regarder leurs visages et les bras

6.Posté par LA VERITE le 12/10/2013 12:45
Cécilia SARKOZY a dit que les éléctions se gagne aux centres ou démocrate

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger