inforeunion : l'info politique de l'ile de La Réunion - Océan Indien
Ce qui fait la vie de la cité…
Invité(e)

 "Barrez la route, et vous aurez à coup sûr, un contrat de travail"

Mercredi 5 Septembre 2012

"L’actualité de ces derniers jours a mis en lumière une évidence certaine en matière de résolution de conflits en situation de crise. Comment expliciter à la population réunionnaise et notamment dionysienne qu’en "temps de paix sociale", les contrats de travail et notamment les contrats aidés accordés par les collectivités sont rares et qu’il suffit d’une « contestation collective » des jeunes en détresse pour que le politique-exécutif de la ville de Saint-Denis, trouve en moins de 24 heures, 10 contrats aidés ?"



 "Barrez la route, et vous aurez à coup sûr, un contrat de travail"
"Miracle sur les quartiers de Bellepierre ! Les jeunes chômeurs, obtiennent illico-presto, des contrats jusqu’alors inexistants ! Des contrats existent bien. Mais où sont-ils et à qui sont-ils destinés ?
 
Tout porte à croire, aujourd’hui, que la violence et la contestation ouverte facilitent la mise à disposition des contrats. Incitation à la violence et au trouble ? Qui sont les réels incitateurs ? Dans ce contexte social tendu, assurément, la Mairie de Saint-Denis serait-elle à l’origine de ces troubles ?
 
la grille de lecture ci-après tend à apporter quelques repères sociologiques et politiques en matière d’émergence des conflits. L’analyse fine du profil des acteurs, du contexte et des facteurs pouvant engendrer des tensions. sera présentée ci-après. Tous s’accordent à dire que les conflits à la Réunion sont potentiellement latents. Dans le cas d’espèce, quelles sont les origines de ces tentions ?
 
Force est de constater qu’en période électorale, les candidats tentent de séduire par tous les moyens, les électeurs et c’est peu dire !. Majoritairement, ces mêmes candidats et notamment en ce qui concerne Saint-Denis, beaucoup voire trop de promesses ont été formulées pour "soudoyer les voix des électeurs". Tout repose ici sur la notion de promesses voire d’engagement, de parole donnée dans ses acceptions les plus larges. De prime abord, la parole donnée, dans toutes les cultures et dans toutes les civilisations, a quelque chose de sacré.

Une des pires choses que l’on puisse dire d’une femme ou d’un homme, « elle ou il est sans parole », « sa parole ne vaut rien », en créole "un chargeur d’lo". Car la parole donnée vaut contrat moral, bref le sens de l’honneur. Activé par le jeu de chartes éthiques, de codes déontologiques, ou au contraire, entendu implicitement, par un acte juridique, le contrat moral permet, notamment dans les relations d’affaires, de densifier le lien contractuel en l’assortissant de garanties dont la force obligatoire découle de la seule notion de réciprocité :
 
Cet acte sacré prend la forme d’une promesse, conventionnelle ou contractuelle par laquelle deux ou plusieurs personnes se lient. L’engagement peut également désigner un acte par lequel l'individu se lie lui-même dans son être futur, à propos soit de certaines démarches à accomplir, soit d'une forme d'activité, ou soit même de sa propre vie. L’engagement précise que la réciprocité des actes est le substrat même de la relation entre les individus.
 
 Dans le cas précis de Bellepierre, la logique de la réciprocité n’a pas été respectée. Le maire s’est engagé lors des dernières élections législatives et notamment dans ses meetings publics au côté de sa belle-fille Ericka Bareigts à octroyer des contrats. Il est donc sociologiquement et affectivement responsable. Être responsable d'une situation ou d'une action, c'est avoir à en répondre, c'est-à-dire en apparaître comme la cause et en cette qualité, à subir toutes les conséquences qui en découleront.
 
L'engagement prend ici la forme de la promesse. Cette idée de promesse est proche de celle de fidélité. À vrai dire, la promesse implique la fidélité, qui comporte, selon sa signification induite, l'accord soutenu avec ce qu'elle affirme et vise la conformité du comportement avec la parole donnée.
 
Pour que l'engagement soit vraiment interpersonnel, il faut qu'il unisse deux promesses : si A s'engage vis-à-vis de B par des promesses individuelles qui touchent à la détermination de sa vie sur les besoins primaires (emploi, logement, contrat…), de son côté B s'engage vis-à-vis de A par son bulletin de vote et celui de sa famille. Mais comment la réciprocité est-elle possible ? Le sens de la démarche de A, c'est de prêter en quelque sorte sa propre vie à B et en même temps d'assumer la survie de B. C'est donc d'assumer dans son destin, sous sa responsabilité, le destin de B, et d'accepter que son propre destin passe désormais par celui de B, de s'en remettre en quelque sorte entièrement à B.
 
Le politique « manipulateur » a beau rappeler sans cesse au citoyen qu’il est libre de voter ou non pour lui, celui-ci sait très bien ce que le "politique manipulateur attend de lui". Et, curieusement, il s’y plie. Dès lors, il serait intéressant de comprendre pourquoi un sujet libre se comporte-t-il exactement comme un sujet soumis ? Les questions relatives à la distribution des contrats aidés et des logements sociaux par les politiques dans cette relation coercitive asservie, peuvent constituer une première réponse.

Le "manipulé" a peur de l’avenir, peur des zones d’incertitude qu’il ne maîtrise pas. Il tente de se raccrocher à une quelconque promesse, - même farfelue-  qui lui confère une certaine sécurité d’esprit même éphémère, c’est une deuxième réponse. Si l'homme a une mémoire courte, en revanche, il n'oublie jamais les promesses non tenues. Bafoués, humiliés et frustrés, les hommes et les femmes "manipulés" sont meurtris profondément par cette "trahison".
 
Les vœux pieux ne sont-ils pas les nombreuses promesses politiques qui demeurent vaines? La citation de W. Churchill résume à elle seule le cynisme de la chose politique: « un bon politicien est celui qui est capable de prédire l'avenir et qui, par la suite, est également capable d'expliquer pourquoi les choses ne se sont pas passées comme il l'avait prédit". Il y a dans l’engagement une valeur non discutable qui se traduit par la confiance garantissant la fiabilité entre les hommes. Le non-respect de la parole donnée génère de la frustration accompagnée d’un sentiment de trahison, d’abus de pouvoir et d’abus de faiblesse qui se confond souvent avec un viol de co-existence entre les personnes, car la morale (honnêteté, sincérité) et les promesses sont deux arbres qui appartiennent à la même racine endogène.
 
Peut-on objectivement, aujourd’hui avoir confiance dans les promesses du Maire de Saint-Denis ? Tous les jeunes chômeurs dionysiens ou tous les chômeurs doivent-ils se soulever pour enfin trouver un emploi à la Mairie de Saint-Denis ? Il est fort à parier que d’autres barrages similaires se multiplieront dans les prochains jours. Par cet acte de « rébellion », les dionysiens sont passés d’une contestation silencieuse à une révolution "manichéenne".

Margaret Robert Mucy, Parti Génération solidaire




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter






Derniers commentaires

Les Dernières News













Les plus populaires