sak ifé nout jordu ék nout demin

Va-t-on vers la fin du clientélisme politique !!!


Édito
Vendredi 9 Août 2013


Va-t-on vers la fin du clientélisme politique !!!
Y en a marre !!! 162.000 chômeurs à la Réunion ?

La jeunesse se rebelle, elle est dans la rue…

Depuis le début du mois de février les communes sont confrontées  à la colère de groupes de jeunes qui n’hésitent pas à barrer les routes pour réclamer l'attribution de contrats aidés…

Pourquoi en est-on là ?

Depuis plus de 30 ans, les gouvernements successifs n’ont fait que mettre en place des dispositifs de contrats aidés, sous différentes dénominations : TUC, SIVP, emplois jeune s, CI-RMA, CAV (Contrats d’avenir), CUI (contrat unique d’insertion), CAE (contrat d’accompagnement dans l’emploi), CIE (contrat initiative emploi)…

Plus de 500 000 contrats aidés par an !

 Il y a eu 530.000 contrats aidés signés en 2010, et 500.000 en 2011.

Le gouvernement AYRAULT vient de voter une nouvelle trouvaille : "L'emploi d'avenir".

Tous les politiques le savent, on ne peut pas faire un avenir avec un contrat aidé ! Comment un jeune peut-il construire un avenir sans emploi pérenne !

Quelle évaluation de ces contrats aidés ? En 2011, l’Etat a provisionné 852 millions d’euros pour 390.000 contrats aidés ! Le CAE a pour objet de faciliter l’insertion professionnelle des personnes sans emploi rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières d’accès à l’emploi. Quels sont les taux de retour à l’emploi après un contrat aidé ?

Où en est  l’insertion ? Tous les contrats aidés sont assortis d’une obligation d’insertion. Mais combien ont réellement suivi une formation afin d’accéder à un véritable emploi ! Pourtant ces mêmes élus se font fort  de réclamer aux associations obligatoirement un plan de formation dès que celles-ci sollicitent leurs collectivités ?

L’urgence est nécessaire, certes, mais l’urgence, ne consiste –t-elle pas aussi de permettre à chacun de vivre décemment par l’accès à un emploi pérenne ? Le droit au travail participe à la dignité de l’être humain. Il a été affirmé pour la première fois, en 1848, par la IIème  République…

La gestion des contrats aidés est toujours à la UNE de l’actualité. A qui la faute ?

L’ensemble de la classe politique réunionnaise a fait des contrats aidés un portefeuille électoraliste. A chaque période électorale, qui n’a pas entendu cette rengaine « vote pou moins, ma donne à ou un p’tit contrat… » D’ailleurs les vannes s’ouvrent à chaque période électorale…les contrats aidés sont devenus de la chair malléable pour les politiciens.

Nous ne pouvons ignorer : cinq ans après, les déclarations du Préfet Maccionni faites le 5 décembre 2007 au Conseil général lors de l’exposé de l’action de l’État où il a dénoncé les "contrats magouilles" pour parler des emplois aidés.

Nous ne pouvons ignorer : les déclarations des intervenants sur une radio locale "Pendant des années les élus  ont entretenu leur électorat avec des contrats …"

Nous ne pouvons ignorer le combat des 13 femmes de l’association Déclic Solidarité krénos de Trois Bassins depuis octobre 2011 qui luttent pour l’application de leur droit, c'est-à-dire le déblocage de leurs contrats déjà validés par la commission permanente du conseil général, mais bloqués pour des raisons politiciennes. Pour faire asseoir encore plus leur rôle de « commandeur » la vice-présidente de l’association a comparu le 29 janvier 2013 devant le TGI pour avoir fait fi « d’accompagner les femmes à créer leur propre emploi »

Un véritable emploi pérenne, les élus n’ont rien à cirer !

Les déclarations des élus à la Réunion ces derniers jours démontre une fois de plus combien la classe politique tout entière s’accroche à  cette manne clientélisme. Tous se battent pour maintenir la population à genoux  en  réclamant le maintien à 6 mois la durée de contrat aidés, alors que le dispositif prévoit une possibilité d’embauche sur 2 ans ?

Les contrats d’avenir c’est une possibilité à un jeune d’avoir un contrat sur 3 ans …

Pour un chômeur : 6 mois de contrat, ça suffit pour vivre ! Pour nos élus cumulards : il leur faut 3 mandats pour vivre !!!

Des solutions pour créer des emplois pérennes existent …

(A suivre : Femmes Solidaires pour l’Emploi a décidé de faire partager à tous et à toutes une série de réflexion…vous pouvez y contribuer- contact : femmesolidaireemploi@gmail.com )

Simone Yee-Chong-Tchi-Kan



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit