sak ifé nout jordu ék nout demin

Va-t-on amnistier les "escrocs" de la CGT ?


Dans la presse
Jeudi 7 Mars 2013

Le 27 février dernier, le Sénat adoptait une "proposition de loi portant amnistie des faits commis à l’occasion de mouvements sociaux et d’activités syndicales et revendicatives". Perçue comme un grand élan de générosité envers les acteurs syndicaux et autres brûleurs de pneus des derniers conflits sur le front de l’automobile ou de la sidérurgie, la mansuétude passée et à venir des parlementaires – l’amnistie porterait sur les faits commis entre le 1er janvier 2007 et le 1er février 2013 – apparaît comme un baume bienfaisant sur les plaies creusées par le chômage.


Va-t-on amnistier les "escrocs" de la CGT ?
La tactique est connue : si le gouvernement précédant tenait à s’afficher comme « décomplexé » vis-à-vis de l’argent et de ses puissances, l’actuel n’a de cesse de désigner « les riches » à la vindicte populaire. Dès lors, toute mesure qui fait couiner le patronat est bonne à prendre. Celle-là en particulier qui prétend faire la part belle au prolétariat souffrant face aux ventrus en gilet rayé. C’est une spécificité nationale : plus les années passent, plus on nous rejoue Germinal. Zola forever. Ça évite de se poser des questions sur les ravages de l’archaïsme à la française.

Si l’on peut à la rigueur comprendre certains coups de sang qui surviennent dans la spontanéité, annonce de licenciements secs ou délocalisation sauvage par des patrons voyous, on est déjà plus circonspect quand le happening est destiné à l’animation du journal de 20 heures, les gros bras assurant la mise en scène et le casting. Décors et costumes de la CGT dans 90 % des cas. On peut enfin se poser la question : pourquoi la casse et le viol de la propriété privée seraient-ils tolérables dès lors qu’une entreprise est visée ?

Ce projet de loi sent donc à mille lieues ce qu’il est : une manœuvre purement démagogique et clientéliste visant à ramener vers le gouvernement les troupes qui l’ont élu et s’en sont aujourd’hui éloignées. Voilà pour l’apparence. Réalité, certes, mais qui pourrait bien cacher une partie de billard autrement tordue.

En effet, un lièvre d’une autre importance vient d’être soulevé par Pierre-Edouard du Cray, de l’association Sauvegarde Retraites. Si l’on regarde la batterie d’amendements déposés autour de cette loi, dit-il, notamment celui de Virginie Klès, sénatrice socialiste d’Ille-et-Vilaine, on découvre que le terme « infractions » qui figurait dans la version initiale a été remplacé par « les contraventions et délits prévus au Livre III du Code pénal ». Soit « Des destructions et dégradations matérielles commises au cours des mouvements sociaux, sachant que ce livre III est aussi beaucoup plus exhaustif et fait explicitement référence à tous les délits financiers : vols, détournements, abus de confiance, recel… », écrit Pierre-Edouard Du Cray. Et qui, alors, pourrait en bénéficier ? Lire la suite ici

Boulevard Voltaire



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Aimé TECHER Réunionnais de souche et de coeur le 07/03/2013 09:36
Qui est BOULEVARD VOLTAIRE ?
Je vous invite à aller lire ses pages ..;. Vous lirez des articles dont l'objectif est : la haine de l'autre et tout particulièrement la haine des Musulmans et des Juifs.Exemple :" Boulevard Voltaire" demande que l'on "foute la paix à Dieudonné" celui qui a chanté "Shoa nanas" ,celui qui a mis en dérision le massacre d'une communauté entière , le PEUPLE JUIF. Vous lirez les appels à ce que le CORAN soit interdit en FRANCE. Vous lirez les appels à ce que l'on "jette" dehors "les musulmans de France . Vous lirez les textes de ce mouvement pro-raciste les IDENTITAIRES qui ne veulent voir en FRANCE que les VRAIES FRANCAISES, les VRAIS FRANCAIS.
Voilà la vérité sur ce "Boulevard Voltaire."
Les Réunionnaises Musulmanes, les Réunionnais Musulmans apprécieront.
Les Réunionnaises Juives, les Réunionnais Juifs apprécieront.
Les Réunionnases, les Réunionnais qui sont Tamouls, zinois, zarab, kaf , métisses apprécieront.
J'ajoute que cette amistie ne concernerait que les délits commis entre le 1er janvier 2007 au 1 er février 2013. Toute la démonstration de l'article est basée sur des faits qui remontent avant ces dates - il s'agit des faits commis dans Comités d'entreprises de E.D.F. et de la S.N.C.F.
Je trouve indécent que ce journal publie de tel amalgame sans donner l'essence qui anime les auteurs de l'article.Certes il faut la liberté de la presse mais de grâce restons HUMAINS .De grâce RESTONS REUNIONNAIS.
Acceptons-nous dans ce pays de la tolérance de tel article qui ne sont que des appels à la haine de l'autre.
Il y a à LA REUNION , en Métropole des militants de la C.G.T. qui sont des militants qui défendent les intérêts des travailleurs et ils sont nombreux. Ils viennent ces militants de la C.G.T. de manifester pour dire combien le statut du salarié sera bafoué si ce gouvernement accepte en l'état les accords sur la compétitivité. Au lieu de souligner les conséquences de ces accords "on" crache sur les Cégétistes.
Je suis quant à moi conscient de l'importance des militants de la C.G.T. comme des militants des autres organisations syndicales . Mais voilà il faut "abattre" ce syndicat qui "gêne"parce qu'il est proche des travailleurs.
La HAINE de l'AUTRE n'a pas sa place a LA REUNION.Que VIVENT toutes les religions. Que LE PEUPLE REUNIONNAIS soit la réalité de demain.
Pas de HAINE.
VIVE la TOLERANCE.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Avril 2016 - 07:43 ​DROIT DE RÉPONSE

Mardi 3 Février 2015 - 19:14 La première d'après qui ?