sak ifé nout jordu ék nout demin

Pauvreté : circulez, y a rien à voir !


Édito
Vendredi 1 Novembre 2013

Mardi 29 octobre : assises de la Pauvreté. François Chérèque , nommé par le gouvernement, vient entendre les propositions des Réunionnais pour lutter contre la pauvreté dans notre île, où, rappelons-le, 42% de la population vit en dessous du seuil.


Principalement touchés par ce fléau social : les personnes âgées et les jeunes. La veille, au journal télévisé d’une télévision locale, le "M Pauvreté" du gouvernement annonce qu’il est prêt à entendre les demandes particulières de La Réunion, du fait du contexte "hors norme", et à demander un volet spécifique pour les Réunionnais.

Moi, lecteur et téléspectateur lambda, je me dis que quand 42% d’une population vit en dessous du seuil de pauvreté, quand les témoignages de mal-être et de difficultés quotidiennes se multiplient, et quand un signal de main tendue est lancé aussi fortement, la mobilisation politique sera forcément au rendez-vous.

Quelle déception ! Seuls 4 élus ont daigné se déplacer : la Présidente du Conseil général, Nassimah Dindar, le sénateur Paul Vergès, le maire du Tampon Paulet Payet et celui de Sainte-Suzanne Maurice Gironcel. Des députés : aucun ! Des maires des communes les plus touchées, comme Saint-Denis, Saint-Paul, Saint-Pierre : aux abonnés absents !

Du coup, écoutons bien les déclarations finales de François Chérèque : il a entendu les demandes des élus et acteurs présents, mais regrette l’absence des autres élus, notamment des maires.

Entre les lignes, cela veut dire : "si les maires et les députés ne sont pas là, c’est sans doute la preuve que la situation est bien moins grave que ce qu’on m'a dit". Conclusion que nous pouvons en déduire : il y a peu de chances que La Réunion bénéficie d’un traitement particulier, alors même que c’est objectivement le département le plus pauvre de France !

Nos députés et maires étaient-ils absents pour ne pas mettre dans l’embarras un gouvernement qu’ils soutiennent pour la plupart ?
Ont-ils une fois de plus joué le jeu de la solidarité de parti au lieu de jouer celui de la solidarité avec la population qui les a élus ?

Ou tout simplement, méprisent-ils ces pauvres que, d’une manière ou d’une autre, ils comptent bien s’attacher à coups d’aumônes et de contrats aidés ?

En tous les cas, leur absence est pitoyable et nous, électeurs, saurons leur montrer que nous valons mieux qu’eux lors des prochaines élections : ils nous oublient, mais nous ne les oublierons pas !
 

J. Cadet



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par La vérité fait mal aux menteurs 5 le 01/11/2013 07:11
Non Monsieur J Cadet, l'absence des députés et autres parlementaires ne voulaient pas dire ce que vous voulez qu'on en déduise. Consultez vos tablettes et vous verrez pourquoi et comment votre mauvaise foi est prise en flagrant délit, pour ne pas dire en flagrant délire.

Mais très vite nous comprenons pourquoi votre amertume : Pour mieux passer une double couche de propagande à ceux qui étaient là et sans mandat national. Vous me direz faux, il y a P V, sénateur de son état, alors on aura vite compris l'intérêt de votre démonstration. Quoi tu crois ? Réunionnais non communistes kouillons !?

Au fait combien de pauvres étaient présents dans la salle ? dois-je en déduire comme vous qu' ' "Entre les lignes, cela veut dire : si les pauvres ne sont pas là, " c’est sans doute la preuve que la situation est bien moins grave que ce qu’on m'a dit". Conclusion que nous pouvons en déduire : il y a peu de chances que La Réunion bénéficie d’un traitement particulier"

En regardant le passé, je souviens qu'un certain élu communiste touchait jusqu'à 180 000 FF par mois soit presque 30 fois mon salaire de l'époque. Ce n'est pas en reversant au Parti son indemnité que l'on est exemplaire. Si tel était le cas, il serait temps d'étudier le circuit de recyclage de cet argent parlementaire. Toujours est-il que vous n'êtiez pas pauvres, et loin de l'être jusqu'à maintenant. Alors par pitié, évitez d'insulter les vrais pauvres.

Pour information, Monsieur J. Cadet, au PIB par habitant, la Réunion est au 40e rang mondial, devant la chine, la Russie, et encore plus loin devant Haîti classée 167e. Vous comprenez que la pauvreté est relative comme la sensation de chaud-froid. Tout dépend d'où l'on vient et d'où l'on part. Les vraies questions ne sont pas posées, car elles blessent les lobbies présents qui demandent le statut quo et davantage de subventions. D'ailleurs, M. Chérèque l'a bien compris.

La vraie pauvreté est celle de l'esprit. Tous les 20 ans, nous renouvelons le nombre des illettrés. A raison de 6000 exclusions scolaires annuelles, sommes assurés d'avoir encore 100 000 illettrés en 2030.
La vraie infamie, c'est de reprocher aux autres ce que l'on n'a pas réussi. L'exemple du Port est flagrant. C'est la ville qui est restée le plus longtemps entre les mains des communistes, grands défenseurs devant Staline, des pauvres. Où trouve t-on le plus de bidonvilles à la Réunion encore aujourd'hui ? Dois-je pour autant accabler les magistrats qui s'y sont succédés ? NON ! Alors soyez objectif et au lieu de monter les uns contre les autres, demandez-vous pourquoi ces mêmes dirigeants préfèrent habiter à la Possession ? Consultez l'INSEE, cela vous fera travailler les méninges. Mais n'ayant pas une âme de tortionnaire.je vous livre l'information Le Revenu fiscal de référence moyen / foyer est à la Possession de 23 105 €, largement devant toutes les villes de la Réunion. Quand on connaît qui y habite, je me dis Pauvre de Vous M. Chérèque, lo téât des guignols la pa fini !

Quoi tu crois ? Réunionnais non communistes et absents de la conférence lé kouillons !?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit