sak ifé nout jordu ék nout demin

Parachutes dorés : le silence assourdissant de nos députés


Courrier des Lecteurs
Dimanche 24 Juin 2012

 "J’avoue que j’imaginais le dossier de l’Arast presque clos après les derniers rebondissements du début d’année. C’était sans compter sur l’irréductible ancien dirigeant de l’Arast, Patrick Jacquemart, qui a vu dans cette liquidation judiciaire un fromage à savourer sous la forme de 255 000 euros d’indemnités de licenciement. Les bras m’en sont tombés".


"François Hollande a annoncé une lutte sans merci contre les montants abusifs des rémunérations et les parachutes dorés et je l’en félicite. Les premières décisions ont été prises et j’en suis heureux. Mais malheureusement, la réalité montre que les dirigeants, mêmes responsables du naufrage de cette association, sont toujours protégés.

 Alors oui, chaque salarié a droit de réclamer ses indemnités. Mais dans une île où plus de 52% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, demander une telle somme est indécent.  Parce que 255 000 euros, ça équivaut à près de 19 années de travail payées au Smic. Et ce qui me choque par-dessus tout, c’est que cette réclamation vienne d’un dirigeant qui a sa part de responsabilité dans ce naufrage. La moindre des choses est de faire profil bas lorsqu’on a conduit une association employant plus de 1 000 salariés à la catastrophe. C’est effectivement ce que monsieur Jacquemart a fait lorsqu’il s’agissait de fuir les critiques. Mais dès lors qu’il a fallut parler d’argent, il était bien présent.

 Et alors que cette actualité est reprise par les médias locaux, aucun de nos nouveaux députés ne s’est ému de cette situation. Le discours profondément social de ces dernières semaines semble oublié. Quelle est la raison de ce silence assourdissant ? Nos députés seraient-ils encore en train de fêter la victoire ? La proximité entre la mairie de Saint-Denis et cet ancien dirigeant de l’Arast expliquerait peut-être le silence de certaines…

Mesdames et messieurs les député(e)s. Lorsque les Réunionnais ont faim, lorsque les Réunionnais souffrent, on ne peut se prévaloir d’un état de grâce. Vous nous aviez promis le changement. Aujourd’hui je sens déjà un désenchantement. Il est temps de laisser ses petits arrangements de côté et de se battre pour ceux qui vous ont élu, les Réunionnais et non ces patrons et leurs parachutes dorés. Alors je dis oui à une loi cadre sur le salaire et les indemnités des dirigeants d’association. A vous de porter cette revendication !"

Jean-Max



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par citoyen interrogatif le 24/06/2012 06:37
quel est le lien entre le directeur de cabinet de la mairie de st denis et l'arast?
quel est le lien entre jacquemart et ce même directeur de cabinet?
quel est le lien entre le DGA de l'arast et le ce même directeur de cabinet?
qu'est devenu le DGA?

qui peut répondre?

2.Posté par Fouassin stephane le 24/06/2012 07:34
Indescence est faible j'aimerais savoir combien les contribuables ont payés le naufrage de l'ARAST tous frais confondus????

3.Posté par collectif "oubli pa nou"de la Métropole. le 24/06/2012 10:20
Une simple question à Jean Max:
N'est-ce pas la traduction au quotidien de cette politique de beaucoup de dirigeantes et de dirigeants de la société Réunionnaise ? La magouille! Le copinage ! Le clientélisme ! Mais toujours les mêmes objectifs : se servir d'abord avec la complicité muette mais trébuchante de ces valets ( ses collaboratrices , collaborateurs , bien rémunérées, trés bien rémunérés, et des avantages en nature) et surtout toujours le POUVOIR POUR SOI ?
C'est notre triste analyse vue de la Métropole .
Bien à vous. Na artrouv
Pour les animatrices et animateurs du collectif : Aimé

4.Posté par collectif "oubli pa nou"de la Métropole. le 25/06/2012 06:45
Monsieur, nous vous prions de nous pardonner : nous avons oublié de vous citer un cas que nous connaissons bien ici en Métropole. Les décisions d'attribution des montants des subventions aux associations Réunionnaises en Métropole: secret !
Malgré nos demandes discrètes , nous n'arrivons pas à lire ces décisions et pourtant elles, ces décision"' émanent d'un service public "et ces sommes d'argent : de l'argent du Peuple. Et bien c'est "SECRET".
Alors les spéculations vont bon train ! La rumeur dit que l'association A.R.C.C.....et que le directeur de cette association aurait comme salaire ..trop important pour l' écrire et nous avons peur que ce soit .... Mais nous nous souvenons qu'en 1995 oui en 1995 ce directeur touchait 20 000 francs par mois et la secrétaire qui est aujourd'hui sa femme touchait 19 000 francs. Vous avez bien lu : 20 000 francs et 19 000 francs. Les élues Réunionnaises et les élus Réunionnais présentes et présents au Forum de DOURDAN en Ile de FRANCE - assemblée de plus de 300 associations Réunionnaises en Métropole- ont été scandalisées, scandalisés par ces chiffres ..et depuis ? ? ?Pendant ce temps de vraies associations Réunionnaises "galèrent" pour avoir 300 euros de subvention !
Le clientélisme. Le copinage !
Nous avons décidé de mettre ce dossier devant la scène . Faut du changement n'est-ce pas ? Faut de la transparence n'est-ce pas ? Finie la République bananière des copains et de coquins!
L'argent du Peuple : le Peuple est en droit d'attendre de savoir ce que l'on fait de sa contribution financière. Question d'équité et de connaissance !

Ont contribué à la poursuite de notre commentaire : les mêmes .
Léa, Mimose, Marie Nôelle, Rose Marie, Ghyslaine, Madeleine, Céline, Jeainine, Denise, accompagnées de Serge, Max; Alexandre, Jean Pierre, Calixte et Aimé du collectif Réunionnais en Métropole "OUBLI PA NOU"

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 17 Mars 2014 - 09:48 "L’arrogant mépris de Gilbert Annette !"