sak ifé nout jordu ék nout demin

Orientations sur la transition énergétique : la Région Réunion à contre courant


Dans la presse
Mercredi 25 Septembre 2013

Après une large concertation, le président de la République et le Premier ministre ont annoncé les orientations nationales engageant la France pour réussir la "transition énergétique".


Orientations sur la transition énergétique : la Région Réunion à contre courant
La Réunion aurait dû avoir une parole forte à délivrer dans ce débat. Ce ne fut malheureusement pas le cas… Et pour cause : alors que La Réunion était engagée depuis 1998 sur le chemin de l’autonomie énergétique réalisable en 2025, cet élan a été brisé depuis l’arrivée d’une nouvelle direction à la tête de la Collectivité.

Au delà des discours lénifiants sur la biodiversité ou le développement durable, ou de la communication ( annonce de la visite de Schwarzenegger…), Didier Robert et son équipe ont pris des décisions à contre courant qui ont gravement compromis cet objectif :
- abandon du projet de la géothermie
- abandon du tram train électrique
- abandon du projet de couverture d’infrastructures,  notamment de de la route des tamarins, en panneaux photovoltaïques qui étaient destinés à fournir de l’électricité propre pour réussir l’objectif de l’électrification du parc automobile
- ralentissement des investissements et de la recherche dans tous les secteurs des énergies renouvelables (photovoltaïque, éolien, énergies marines) alors qu’une forte dynamique avait été impulsée.
- démantèlement de l’ARER qui avait fait ses preuves au profit d’une "SPL Energie" alourdie dès le départ par des frais de fonctionnement
- dissolution de GERRI, instance partenariale qui portait l’ambition réunionnaise

Les incohérences et le manque de vision de l’actuel président du Conseil régional sont tels qu’il a annoncé, sans y voir la moindre contradiction, qu’il avait le projet d’installer à La Réunion une raffinerie de pétrole pour l‘océan indien!

Et aujourd’hui, la Région Réunion s’apprête à commettre l’irréparable : la construction en mer de la nouvelle route du littoral, grande priorité de la Région, dont le coût exorbitant condamne toute possibilité d’investir demain dans le transport ferroviaire et consacre de facto le règne du tout automobile.

Les orientations arrêtées au plus haut niveau de l’Etat sur la transition énergétique doivent convaincre les autorités concernées à renoncer au projet anachronique de cette nouvelle route du littoral et à restaurer la priorité au transport ferroviaire.

"Errare humanum est, perseverare diabolique" ; l’erreur est humaine, persévérer dans son erreur est diabolique.

L'Alliance



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Avril 2016 - 07:43 ​DROIT DE RÉPONSE

Mardi 3 Février 2015 - 19:14 La première d'après qui ?