sak ifé nout jordu ék nout demin

Les élections approchent, les contrats aidés sont de retour !


Courrier des Lecteurs
Mardi 3 Janvier 2012

"2012 sera une année électorale : municipale partielle à Sainte-Suzanne, présidentielle, législatives… De quoi séduire les Réunionnais, toujours amateurs de joutes politiques".


"C’est donc une année où pourra s’exprimer la démocratie et offrir à chacun la possibilité d’affirmer ses choix, par rapport à des projets ou des idées. Cela peut être un moment pour débattre d’idées, de mode de développement, de se prononcer pour un choix de société.

Mais tout cela risque de n’être que virtuel. En effet, tous les candidates et candidats ne partent par sur le même pied d’égalité.

En disposant de moyens institutionnels, des candidats ont un avantage certain. Encore faut-il que ces moyens entrent dans le cadre législatif et réglementaire. Il y a une limite à ne pas franchir. Sera-t-elle respectée par tout un chacun ?

Exemple : la Région déploie actuellement une communication très intense (spots à télé, sur les écrans de cinéma, dans les journaux etc.).

Tous ces messages publicitaires, - financés, ne l’oublions pas, par l’argent du contribuable -,  vont bien évidemment profiter aux candidats soutenus par le président du conseil régional à l’occasion des prochaines élections législatives; ces dépenses seront –elles intégrés dans les comptes de campagne de ces candidats ? La question mérite d’être posée.

Si les dépenses de communication sont à regarder de très près, il en est de même pour d’autres aides accordées par d’autres collectivités. Et cela concerne cette fois le Département.

Exemple : lors d’une commission permanente fin novembre, les conseillers généraux ont voté l’attribution d’emplois aidés à certaines associations. Jusque là, il n’y a pas de problème majeur. Sauf que plus d’une centaine de contrats ont été attribués à une association de Sainte-Suzanne proche du conseiller général candidat à l’élection municipale dans cette commune.

Tout cela crée un climat de suspicion, malheureusement au détriment celles et ceux qui ont « gagné » ce « petit contrat ».
Cette méthode est plus que connue. A Saint-Paul, à Saint-André, dans le passé, des élections ont été annulées pour de tels faits.

Ces précédents devraient alerter les autorités, politiques ou administratives. Un contrôle serait nécessaire, afin de préserver le caractère égalitaire de ces élections et d’éviter de porter atteinte à la sincérité du scrutin.

Sinon, ce serait un mauvais signal qui serait envoyé, non seulement pour ce scrutin de Sainte-Suzanne, mais aussi pour ceux qui vont suivre, en ouvrant la porte à  des méthodes légalement et moralement condamnables".
 

Sandrine Manon 



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par MCB le 04/01/2012 06:54
En politik, on ne connaît pas la crise.
La manne tombe toujours du ciel. Faut bien que mallettes, valises et enveloppes servent à quelque chose, de préférence pleines. Sinon où est le charme de la politik?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 17 Mars 2014 - 09:48 "L’arrogant mépris de Gilbert Annette !"