sak ifé nout jordu ék nout demin

La titularisation des employés communaux passe-t-elle obligatoirement par la fin de la surrémunération ?


Édito
Vendredi 17 Août 2012

"Nous sommes prêts à titulariser nos employés communaux, si l'Etat prend en charge la surrémunération". Maurice Gironcel a répété hier soir, que les 53 % de la surrémunération est un obstacle à la titularisation du personnel municipal. Il est évident que sans le dire, les maires seraient contents s'il existait un moyen de n'avoir que des contrats de travail de droit privé dans la fonction publique territoriale.


La titularisation des employés communaux passe-t-elle obligatoirement par la fin de la surrémunération ?
Officiellement, aucune procédure ne le permet. Officieusement, cela fait des années que les CDI ont remplacé la titularisation. Cela signifie, hormis pour les cadres et les collaborateurs du cabinet, que la grille de la fonction publique territoriale est de moins en moins appliquée dans les collectivités. "Sans l'application de la surrémunération, au lieu d'embaucher deux personnes, nous pourrions en employer trois", a dit Maurice Gironcel de l'Association des maires.

Ce calcul simpliste occulte plusieurs éléments. Si l'on excepte la problématique de la vie chère, la fin de la surrémunération dans la fonction publique territoriale va creuser un peu plus le fossé qui sépare les fonctionnaires d'Etat à ceux de la fonction publique territoriale. Un tel déséquilibre est néfaste à la fonction publique à La Réunion, et à la cohésion sociale. Le cas de Saint-Louis où Claude Hoarau a baissé l'indexation de 1,53 à 1,35 reste unique. Et le tribunal administratif, à la suite d'une plainte, n'y a rien trouvé à redire, l'indexation étant illégale.

La question est simple : pourquoi personne n'a jamais tenté de la supprimer. Aucun gouvernement, aucun parti politique, aucun(e) politique n'a vraiment essayé, ne serait-ce de le modifier. La régionalisation de l'emploi enseignant voulu par le PCR en 1997, a échoué face à la fronde des fonctionnaires d'Etat. Rappelons qu'en début d'année, Didier Robert, a dit qu'il serait prêt à embaucher des professeurs sur le barème de la fonction publique. Et cela avec le risque de créer un enseignement à deux vitesses.

Finalement quelle que soit la mesure à prendre, elle crée chaque fois un peu plus d'inégalités. Paradoxalement, la suppression de la surrémunération dans la fonction publique qu'elle soit d'Etat ou territoriale, appauvrira bien plus la société réunionnaise, car aucune mesure d'accompagnement concrète n'a été proposée pour réduire de manière significative, la cherté de la vie. Et l'économie locale n'aura aucun moyen de combler le manque à gagner que constituera la fin de la surrémunération…




      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit