sak ifé nout jordu ék nout demin

LE PEUPLE REUNIONNAIS EST ACTUELLEMENT REMPLACE PAR LES ZOREYS A LA REUNION


LPR - Le Projet Réunionnais
Lundi 30 Décembre 2019

COMME DANS TOUS LES OUTREMERS, LE PEUPLE REUNIONNAIS EST ACTUELLEMENT REMPLACE ET MENACE D'EXTINCTION.


Les Antillais menacés d'extinction... comme dans tous les outremers.

En juin 2018, le député de la Martinique, Serge LETCHIMI tire la sonnette d'alarme à l'Assemblée Nationale, à propos de la menace avérée de disparation du peuple Antillais.
 

La France a voulu sauvegarder son empire colonial grâce aux confétis, mais sans leurs peuples.

Avec le projet de « Communauté » du générale De Gaulle (1958), l’immigration de Métropolitains vers les DOM-TOM est encouragée. Ainsi, en Guyane et à Sinmartin, les populations de souche on été minorées.Aaux Antilles et à Wallis et Futuna, les populations s’éteignent. Bientôt, les Mahorais seront plus nombreux hors de Mayotte qu'à Mayotte même. Et en cours de minoration, il ne reste que 36% de Kanaks en Nouvelle Calédonie, 70% de Polynésiens en Polynésie, et 86% de Réunionnais à La Réunion.
 

La France remplace les peuples ultramarins car elle n'a pas confiance en les peuples ultramarins.

Traumatisés par, notamment, la perte de l'Algérie Francaise, les partisans de l'empire colonial français autour de De Gaulle menèrent une politique néocoloniale de minoration et/ou de remplacement des populations d'outremer.
La stratégie consiste alors à diluer les populations de La Martinique, La Guadeloupe, La Guyane et La Réunion, dans la population métropolitaine de l'hexagone.
Le moyen pour y arriver est l'immigration des Domiens vers la Métropole, et l'émigration des métropolitains vers les DOM-TOM.
Par contre, même s'ils font face également à la baisse de leur population, à Saint-Pierre et Miquelon, il n'y a pas eu de remplacement de population. Mais c'est vrai aussi qu'ils sont blancs descendants de Bretons. Donc, La France peut leur faire confiance.

Dans l'hexagone, ils ont peur de leur "Grand Remplacement" par les immigrés, mais cela ne les gênent pas de remplacer les Réunionnais à la réunion.

Quelque soit l’expression employée pour désigner les faits, notre Peuple Réunionnais est en train d’être remplacé par les zoreys. Et c’est nous Réunionnais que l’on traite de raciste en plus!

Était-ce ce que voulaient les pères de la Départementalisation?


Un GENOCIDE se définit par l'élimination physique d'un groupe humain, en rendant ses membres INCAPABLES DE PROCRÉER (faire des enfants) en raison de leur appartenance au groupe. Et nos élus complices de l’extinction des Réunionnais.
Et, pourquoi nos élus Réunionnais d’aujourd’hui laissent-ils faire, et même contribuent-ils à ce remplacement des Réunionnais par les Zoreys?

Le peuple Réunionnais est en danger immédiat du fait de l'exil des Réunionnaises, comme les autres peuples d'outremer.

La taux de fécondité des Réunionnaises est encore bonne avec 2,43 enfants par femme (INSEE). Mais, comme le nombre de femmes Réunionnaises qui s'exilent est important, le nombre globale des naissances à La Réunion baisse depuis 2012.  Ce qui accélèrent le remplacement, puis l'extinction du peuple Réunionnais.
C'est ce que les colonialistes nomment la "Stratégie d'exportation des utérus"..

Et au final, un remplacement des Réunionnais par les zoreys à La Réunion.

De 4% en 1982 (INSEE), à 10% en 2011(INSEE), les zoreys seront 15% de la population à La Réunion en 2020. Aussi, les zoreils seront la composante majoritaire de la population à La Réunion en 2040; et en 2070, la composante principale.
Fait aggravant, les zoreys détiennent actuellement tous les pouvoirs économique, médiatique, judicaire, administratif, culturel... Ils ne leur reste plus que le pouvoir politique à acquérir... Mais ils s'en occupent compte tenu du nombre de candidats zoreys qui se présentent aux élections locales.

Philippe CADET



      Partager Partager