sak ifé nout jordu ék nout demin

Etienne SINATAMBOU : Je pense que nous sommes à l’aube de choses merveilleuses pour nos îles


Politique
Jeudi 9 Avril 2015

Discours de l’Honorable Etienne Sinatambou, Ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration régionale et du Commerce international de la République de Maurice dans le cadre de l'inauguration de l'antenne du Conseil Régional à l'île Maurice, le mardi 07 avril 2015.


Etienne SINATAMBOU : Je pense que nous sommes à l’aube de choses merveilleuses pour nos îles
"DISCOURS INAUGURATION DE L’ANTENNE DE LA REGION REUNION A MAURICE 7 AVRIL 2015

Monsieur Didier Robert, Sénateur, et Président de la Région Réunion
Son Excellence, Monsieur Laurent Garnier, Ambassadeur de la République française,
Mesdames et messieurs les Invités, Mesdames et Messieurs

Je me réjouis de participer à un moment privilégié dans les relations fraternelles entre Maurice et la Réunion, à travers l’inauguration en ce jour de l’Antenne de la Région Réunion à Maurice.
En effet, l’Antenne de la Région Réunion a pour vocation de renforcer les relations entre Maurice-et le Département de la Réunion dans un cadre formel et en lui insufflant une nouvelle dynamique conformément à l’Accord Cadre entre le Gouvernement de la République de Maurice et le Gouvernement de la République Française sur la Coopération régionale de la Réunion, qui fut signé le 24 janvier 2011.
Je ne peux qu’applaudir l’implantation de la représentation de la Réunion, qui servira aussi de relais de coordination entre nos deux pays, car après tout, Maurice et la Réunion, ‘îles sœurs’, ont une volonté très marquée de se rapprocher davantage.

Tout comme j’applaudis aussi le fait que les îles-sœurs de l’océan Indien ont décidé d’unir les spécificités propres à leurs identités distinctes afin de jouer un rôle économique plus important dans leur zone naturelle de proximité.
Faut-il rappeler que Maurice et la Réunion ont beaucoup en partage, les mêmes origines géologiques; et une Histoire commune. Nos rivages sont baignés par les mêmes eaux océaniques. Nous appartenons toutes deux à cet espace commun qu’est la Commission de l’Océan Indien.
Et pourtant, malgré ces éléments en commun et en partage, malgré les nombreuses passerelles humaines qui ont tissé un réseau qui ne cesse de s’étoffer entre nos îles, force est de reconnaître que, alors que nous nous disons si proches, nous souffrons quelquefois d’une méconnaissance de nos capacités et de nos offres mutuelles.

Fort heureusement, nous avons été témoins, ces dernières années d’un nombre grandissant d’initiatives privées qui ont contribué à faire prendre conscience aux Réunionnais et aux Mauriciens du vaste potentiel que représenterait la mise en commun de leurs atouts.
Il s’agit là d’initiatives très louables car le contexte mondial nous impose désormais de devenir des terres d’entreprise et d’entrepreneurs.

C’est la raison pour laquelle nous avons décidé qu’au-delà d’un renforcement des liens commerciaux, il nous importe d’élargir nos horizons et de cibler de nouveaux marchés, notamment en Afrique.
A ce titre, Maurice et la Réunion ont chacun leurs ressources propres. Maurice offre des ouvertures vers les blocs régionaux que sont la SADC et le COMESA, et les immensités de notre continent africain, au sens le plus large.
Par sa double appartenance à la France et à l’Union européenne, la Réunion possède des attraits et offre des opportunités qui peuvent répondre aux attentes et aux besoins de divers secteurs d’activité de Maurice.
Je ne peux que dire l’évidence, nous avons là tout ce qu’il faut pour instaurer une synergie institutionnelle, afin de puiser la compétence de La Réunion et les capacités d’export des entreprises mauriciennes sur le continent africain. Il s’agit en somme de puiser, de façon optimale, du potentiel de notre complémentarité stratégique.

Il nous appartient donc de définir une politique commune qui va s’appuyer sur des secteurs à fort potentiel de développement dans les années à venir, tels les énergies renouvelables et les biotechnologies, pour le développement de marchés de niche, l’objectif final étant de créer de la richesse et des emplois dans nos deux îles .
Je réitère ici ma volonté et celle du Gouvernement mauricien d’y associer pleinement nos petites et moyennes entreprises sur lesquelles nous misons beaucoup.

Dans ce monde en pleine mutation, Maurice et la Réunion se doivent de dépasser leurs contraintes et vulnérabilités dont l’isolement et l’exiguïté géographiques. Elles ont donc tout intérêt à jouer la carte de la compétitivité comparative.

L’heureux événement de l’inauguration de ce jour est aussi une occasion pour mener une réflexion sur l’apport d’un partenariat Maurice-Réunion à une intégration plus poussée dans nos espaces régionaux.
En effet, tout espace économique a besoin d’un moteur, d’un catalyseur pour permettre un développement économique, harmonieux et partagé entre tous les partena ires.

Dans cette perspective, il nous faut garder à l’esprit que les pays de l’océan Indien doivent faire face à des risques naturels ainsi que des menaces telles la piraterie, qui sont autant de freins, voire des obstacles, au développement des relations politiques et économiques.

Excellences,
Mesdames et Messieurs
Nos îles, nos peuples, ont toujours eu le réflexe de voir au loin, de chercher vers ces horizons lointains à l’autre bout du monde pour construire leur avenir. Ceci nous empêche pas de chercher plus près de chez nous, de mutualiser nos génies et d’œuvrer en partenariat dans une logique d’intégration régionale à la fois durable et fiable.
L’Antenne de la Région Réunion à Maurice vient répondre à cette attente.

Excellences,
Mesdames et Messieurs
Je pense que nous sommes à l’aube de choses merveilleuses po ur nos îles. Ce n’est pas là qu’un vœu pieux, c’est aussi un constat ; en effet, l’environnement mondial, l’ordre économique dans lequel nous évoluons désormais nous impose de voir les choses autrement. De concevoir ce que doit être l’avenir et comment le forger pour mieux l’approprier.

L’inauguration d’aujourd’hui est, à mon sens une avancée vers cet objectif. Elle ouvre la porte à mieux définir une vision commune du monde qui nous entoure et dans lequel nous devons prospérer.
La chanson de Pierre Roseli « Lambablanc» est connue de l’ensemble de notre population. J’ose espérer que le séga de Serge Lebrasse «Otez la Réunion» fait toujours danser nos amis de la Réunion.
Nous avons entamé le premier pas.
Il s’agit maintenant de nous embarquer dans une aventure commune et aller plus loin en relevant et saisissant les opportunités qui se présentent.
Merci".

Communication Région Réunion



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Septembre 2020 - 15:00 Alain BENARD : Candidat sur la 2e

Dimanche 30 Août 2020 - 08:17 Le combat continue