sak ifé nout jordu ék nout demin

De "Paris i commande pa nou" à "Paris décide de tout"


Édito
Jeudi 25 Août 2011

Paul Vergès et Jean-Paul Virapoullé ont lié, consciemment ou inconsciemment, leur posture politique dans un but opportuniste, de stratégie politique et du devenir de La Réunion. Peu à peu, les effets de manche se sont effacés devant les défis à relever. Le fond a enfin pris le pas sur la forme. Jean-Paul Virapoullé plus que Paul Vergès, est désormais devant un dilemme : le choix des armes.


De "Paris i commande pa nou" à "Paris décide de tout"
Le choix. La stratégie. La communication. Ce sont souvent les points faibles des politiques. La preuve, Paul Vergès place des conférences sur le réchauffement climatiques, somme toute judicieuses à un mois des élections sénatoriales dans lesquelles il est engagé. Croit-il vraiment que la population et surtout ses concurrents, saura dissocier le fond et la forme ? A moins que ce soit encore "le pouvoir réactionnaire de l'habitude".

Hier soir, la centaine de personnes présentes à la première conférence de Paul Vergès, ont fait fi de l'habitude, et ont accepté la posture au moins le temps de la discussion. Que ce soit Jean-Claude Fruteau ou Gilbert Annette au PS, René-Paul Victoria ou Michel Fontaine à l'UMP, les politiques locaux veillent toujours à placer leur décision dans un cadre en perpétuel mouvement.

Cette fois-ci, à cause d'une économie plus financière que d'affaires, et les échecs de tous les systèmes politiques et économiques, ce mouvement fonctionne en accéléré. Jean-Paul Virapoullé l'a dit : "Le gouvernement veut donner l'autonomie aux régions, car elle n'a plus les moyens financiers". Lé décolonisation voulue par le général de Gaulle dans les années 60, était aussi motivée par ces raisons d'argent.

Aujourd'hui, l'Etat français n'a plus d'argent. L'Outre-mer n'est plus les confettis que l'on offre aux collaborateurs méritants (ou punis), lors de promotions du 14 juillet. Cela change bien des choses dans le rapport (de force). Pour Jean-Paul Virapoullé "Paris i commande pas nou", c'est d'être responsable, de choisir ses politiques capables de porter le destin de l'île.

Pour Paul Vergès "Paris décide de tout", il est plus que jamais temps que les décisions prises répondent aux réalités de l'Outre-mer en général, et à celles de La Réunion en particulier. Pour ce faire, il faut d'abord adapter le cadre et permettre ainsi aux politiques locaux de prendre leurs responsabilités. L'intégration à la France et à l'Europe passe par "l'adaptation", a dit Paul Vergès.

C'est un fait. Mais, ce n'est pas simple. Essayer d'adapter Jean-Paul Virapoullé à Paul Vergès, et Paul Vergès à Jean-Paul Virapoullé, vous verrez. Au pire ou au mieux, demandez à Paris...




      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit