sak ifé nout jordu ék nout demin

Cyrille Hamilcaro : "Pourquoi nous n'avons pas participé au conseil municipal ?"


Dans la presse
Mercredi 23 Octobre 2013

Le conseil municipal de Saint-Louis s'est déroulé hier soir avec un ordre du jour qui laisse songeur et scandalise l'opposition municipale qui donc n'y assistera pas.  


Cyrille Hamilcaro : "Pourquoi nous n'avons pas participé au conseil municipal ?"
En effet, nous ne pouvions cautionner cette mascarade financière, résultat de l'incompétence, que nous ne cessons de dénoncer au fil des conseils, à savoir découvrir dans l'affaire n°3 de décision modificative du budget :
 
- un budget d'investissement qui présente à chaque exercice un excédent de plusieurs millions d'euros alors que la Commune a un besoin urgent de travaux nouveaux permettant de générer des recettes supplémentaires à travers la FCTVA (ce n'est pas le jeu d'écriture en interne, permettant de retirer sur des dépenses d'équipement pour pouvoir acheter pour 1 130 000 de terrains nus ou de maisons préemptées, qui va enrichir la commune!)
 
- le creusement du déficit en section de fonctionnement par l'augmentation de charges de personnel constitutive à des cadeaux salariaux et des embauches massives de fin de mandat.

Au mépris de toutes les recommandations de la Chambre Régionale des Comptes et du Budget réglé d'office par le Préfet, la majorité communiste propose de voter 414 000 euros de plus pour payer le personnel augmenté sur la Commune, et 1 065 000 € pour payer le personnel recruté en plus sur la Caisse des Ecoles (433 700 €) et le CCAS (646 300 €).
Nous passons donc d'un budget arrêté par le Préfet à 80 558 543 € de dépenses de fonctionnement à 82 010 643 € aujourd'hui. Soit un creusement du déficit prévisionnel de 1 452 000 € supplémentaires.
 
Et voila à quoi sert l'année supplémentaire accordée au maire et à ses adjoints par le Préfet : augmenter le déficit et obliger à une augmentation des impôts en 2014. Ces élus "i fé fantaisie dan la poche zot camarade" !!!

Un second dossier attire notre désapprobation totale : l'affaire n° 11 concernant la RHI du Centre Ville.

Il est impossible pour l'opposition de voter cette délibération :

- d'abord parce que le projet initial lancé en 2007 (sous l'ancienne mandature donc) a été largement modifié au point de voir abandonné le projet important de route d'endiguement le long de la Ravine du Gol contre le quartier Fémy jusqu'au stade, ou encore de voir un immeuble apparaître sur l'ancien dispensaire alors que c'est le siège de l'office du Tourisme à l'entrée du Centre ville
 
- ensuite parce qu'il n'a jamais été prévue, avant la délibération du 24 septembre 2012, une quelconque Déclaration d'Utilité Publique impliquant des expropriations de familles pouvant construire elles-mêmes pour leurs enfants sur des terrains en non-indivision; car dans l'esprit de cette RHI, il était nécessaire de favoriser les trames viaires (voiries et réseaux divers) permettant une densification par l'initiative privée et un désenclavement de certains îlots, et en même temps de construire un maximum de logement sur les parcelles dont les propriétaires étaient introuvables ou dont les héritiers ne s'entendaient pas entre eux,

- enfin parce qu'en abandonnant le droit de la commune d'exproprier au profit de la Semader dans une nouvelle DUP prévue par la délibération devant être examinée, les élus communistes ouvrent la porte à des conflits entre des familles et cette SEM puisqu'il est certain qu'aucune procédure amiable ne peut aboutir puisque ce n'était pas le projet que nous leur avions présenté en 2007 et qu'elles risquent de perdre leur bien (200 parcelles concernées pour 6 hectares, comprenant des biens en indivision ou non).

Conseiller municipal d'opposition



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Avril 2016 - 07:43 ​DROIT DE RÉPONSE

Mardi 3 Février 2015 - 19:14 La première d'après qui ?