sak ifé nout jordu ék nout demin

Bruny Payet : "Route du Littoral : Il serait criminel de faire ce projet"


Politique
Mardi 23 Octobre 2012

"Nous répondons à Bernard Siriex, nouveau président de la FRBTP qui dans la presse de ce 22 octobre, nous accuse d’être criminels de vouloir arrêter ce projet en mer. Pour la deuxième fois, Bernard Siriex, président récemment élu à la FRBTP, expose publiquement sa défense de la route littorale en mer. Si on ne peut que se réjouir de sa contribution de citoyen, on peut légitimement s’interroger sur l’intrusion dans le débat à la réunion du représentant des entreprises du BTP".


Bruny Payet : "Route du Littoral : Il serait criminel de faire ce projet"
"Il nous assène un point de vue de patron « du lobby du ciment et du béton » dans notre île : Il accuse ceux qui refusent cette nouvelle route du littoral, d’être des "criminels" parce qu’ils ne veulent pas être entrainés contre leur gré dans l’aventures financières de la Région. Une folie d’investissement hasardeuse en mer, le moins que l’on puisse dire !

Monsieur Siriex semble oublier que nous pourrions être ici encore les premières victimes de la cupidité d’actionnaires anonymes. Il est vrai que la fonction de Monsieur Siriex le rapproche plus quotidiennement des intérêts des actionnaires de Vinci hier et de Lafarge aujourd’hui. Cela ne pourrait-il pas l’influencer ? Et on sait que ceux-ci ont un grand intérêt, manifestement financier, à couler du béton, jeté même dans la mer, quelles qu’en soient les conséquences.

Notre cher défenseur « du poumon économique de l’ile et de notre sécurité » nous accuse d’être des criminels car nous ne verrions pas "notre intérêt" comme lui le voit bien mieux que nous, placé lui au sommet de la SOBEX et de la FRBTP. Selon lui, la route peut glisser à tout moment ! Or comme la NRL ne sera livrée que dans 6 ans au moins, le Préfet devrait donc à la limite, interdire son accès de toute urgence ! Accuse-t-il le Préfet d’être criminel de ne pas le faire ?

Si nous avons besoin de cette route qui est un poumon économique de l’ile ce ne peut être à n’importe quel prix. Et certainement pas au prix d’une nouvelle erreur collective que nous, Réunionnais, devront payer encore une fois sur plusieurs générations !

Notre « donneur de leçon » ne sera évidemment plus là alors, pour s’excuser de ce qui pourrait s’avérer au final de « mauvais conseils ». Monsieur Siriex ferait mieux de s’en tenir à sa compétence de fournisseur de béton et ciment ou de défenseur des intérêts de ses employeurs du BTP. Il doit laisser le débat public murir à la Réunion sur la réponse à cette liaison stratégique jusqu’ici sans solution, plutôt que de le brider par cette grave accusation : "devenir des criminels"…

Je m’estime bien placé du haut de mes 90 ans, pour voir que la génération actuelle n’a pas encore trouvé elle aussi, la bonne réponse à ce défi historique !

Menacé dans notre propre « biodiversité »,et Réunionnais "endémique", je nous sais en danger face aux "espèces invasives" qui ont toujours cherché à imposer leurs visions de nos intérêts. Nous en connaissons déjà les effets contestables sur notre faune et sur notre flore.

Merci Monsieur Bernard Siriex, j‘ai donc des intentions criminel selon vous. Alors nous saurons être les criminels qui empêcheront la réalisation de ce projet. Projet que nous jugeons catastrophique voire criminel pour l’avenir de la Réunion".

Réunionnais endémique Groupe citoyen - Alternatives Transpor



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Personne le 24/10/2012 15:18
Ce 24 Brumaire de l'an 2012, bien loin de ces années 70, encore et encore cette question qui fait débat : La route du littorale.
Il est toujours question de cette route en corniche, celle-là même qui nous fait regretter aujourd'hui la disparition des merles blancs...
L'auteur nous met en garde contre un point de vue , celui d'un patron et rajoute-t-il « le lobby du ciment et du béton » dans notre île. Il nous livre son point de vu du haut de ses 90 ans d'expériences, respect  monsieur !
Cependant, comment ne pas réagir lorsqu'il conclue que la génération actuelle n’a pas encore trouvé elle aussi, la bonne réponse à ce défi historique !
Plus loin il nous dit ne pas vouloir être entraîné contre son gré dans l’aventure financière de la Région.
Ce projet, qui a connu par le passé l'approbation de tous, est devenu aujourd'hui une aventure financière, voire une folie technique...
Voilà la porte d'entrée dans le débat, voilà la raison qui divise : La faisabilité financière et technique.
Soit! Je me garderai bien d'occulter cet aspect des choses lorsqu'il sagit d'aménager mon territoire ; mais avons-nous là les véritables raisons pour différer encore et encore la nécessité de répondre à ce besoin ?
Il serait donc criminel de faire ce projet nous dit-il; mais alors pourquoi ?
Quelques faits me tourmentent.
Les contraintes générées par l'exploitation de cette route d'hier, construite avec les moyens et les connaissances d'hier, sont connues depuis bien longtemps déjà et s'imposent tous les jours et de jour en jour avec de plus en plus de force ! Différer toujours et toujours est inacceptable quand on est en responsabilité !
Que dire et que penser des décisions prises par celles et ceux qui étaient aux affaires hier ? Allons-nous les traiter de criminels ? Que penser de ce choix qu'ils ont fait de laisser aux générations futures le soin de trouver les solutions tout en augmentant de fait les contraintes ? Allons-nous les traiter de criminels ? Que penser de la place et du temps laissés à la nouvelle génération durant ces 30 dernières années ? Que penser de ces choix délibérés de les priver l’accès aux centres des pouvoirs et des décisions ? Ne pourrions-nous pas les traiter de criminels sur ce point là ? La question est ouverte !
Le raisonnement de l'auteur est recevable. Cependant ce raisonnement m'interpelle par ailleurs.
En effet, je veux évoquer un autre projet dans un autre temps, la route des Tamarins.
Pour ce projet de route des Tamarins les mêmes mise en garde avaient été formulées : La non-faisabilité technique et financière...
Que penser aujourd'hui de l'hypothèse de l'abandon du projet de cette route ? Le sondage est lancé !
Pour ma part je dis merci à celles et ceux qui, sur ce point là, ont su résister à l'irresponsabilité, à la malhonnêteté intellectuelle ou encore à l'immobilisme de certains qui confondaient Politique et politique...

2.Posté par totoche le 25/10/2012 07:20
rappelons nous que le pont de la rivière st Etienne est tombé sous l'effet d'une simple montée des eaux de cette même rivière pendant un cyclone, (GAMEDE?)
que deviendra cette future route en mer sous l'effet quotidien de la houle? sous l'effet de la montée des océans/réchauffement climatique qui provoque la fonte des glaces? sous l'effet d'un glissement de terrain, du fond marin ou d'un séisme?
Elle risque aussi de TOMBER et nous risquons de perdre 2MILLARDS en qques secondes.
C un pari trop risqué.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 19 Janvier 2020 - 10:32 Un candidat sérieux pour Saint-Pierre

Mardi 21 Janvier 2020 - 11:32 La confusion des genres de la Politique.