sak ifé nout jordu ék nout demin

​Maldives : Une affaire de viol qui pourrait faire réfléchir les touristes


Politique
Lundi 26 Janvier 2015

L'indignation internationale s'amplifie contre le jugement d'un tribunal des Maldives, prononcé le 26 février 2013, qui condamne une jeune fille de 15 ans, victime de viol et d'abus sexuels. Elle se verra administrer 100 coups de fouet en public à ses 18 ans.


Dans la Région Océan Indien

Photo © jumeirah.com
Photo © jumeirah.com
Plus d'un million de personnes ont signé une pétition sur Avaaz.org, exhortant les autorités des Maldives à protéger cette jeune fille et à mettre fin aux condamnations à flagellation des femmes et des enfants pour punir les relations sexuelles hors mariage. La pétition menace de s’en prendre à l'industrie touristique du pays si le président Mohamed Waheed n'agit pas.

Selon un rapport de Minivan News, la jeune fille à été victime d'abus sexuels dès 2009 et les autorités publiques successives n'ont pas réussi à la protéger.

Le tribunal l'a condamnée à 100 coups de fouet et à 8 mois d'assignation à résidence pour avoir confessé un cas particulier de relations sexuelles consenties -non liées au viol- avec un homme. Elle a d'abord fait l’objet d’un interrogatoire en 2012 après la découverte du corps d’un bébé enterré dans la propriété familiale. Son beau-père a alors été accusé du meurtre du bébé et d'abus sexuels sur mineure tandis que sa mère a été incriminée pour dissimulation d'abus sexuels.

Dans la précipitation de l'enquête, la police n'a pas fourni de conseils avisés à la jeune fille et a obtenu une déposition permettant de la poursuivre. Le bureau du Procureur général a affirmé qu'un aveu de fornication ne leur laissait d'autres choix en vertu de lois des Maldives. En janvier 2013, lorsque les accusations ont été portées contre la jeune fille, le gouvernement a annoncé qu'il allait revoir et modifier les lois qui victimisent les femmes et les mineures ayant subi des abus sexuels.

Amnesty International a immédiatement condamné les accusations. Abbas Faiz, chercheur pour l’antenne nationale d'Amnesty Intenational, rappelle que les victimes présumées de viol et d'abus sexuels ont besoin de conseils et de soutien pas d'être poursuivies en justice.

Lorsque le tribunal pour enfants a condamné la jeune fille en février, la nouvelle fut couverte par de grands médias dont la BBC et CNN. Face à la perspective d'une polémique internationale, le gouvernement s'est engagé à réexaminer le cas et à faire appel à une instance supérieure. Le Parti religieux Adhaalath a soutenu le verdict du tribunal.

La décision du procureur général d'utiliser la confession de la jeune fille comme preuve dans le cadre d’une accusation à l’encontre de celle-ci a été fortement critiquée.

#OperationEndherima

Suite au verdict, des militants des Maldives ont commencé à utiliser le hashtag #OperationEndherima sur les réseaux sociaux pour monter une campagne dans le but de protéger la jeune fille et de dénoncer les injustices qu'elle subit. 

Source - Global Voice
Lire l'article complet ici

INFO REUNION



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Daniel ,Vas et Bois , mon fils le 26/01/2015 19:33
Les Maldives , ne font partie des Fumeuses Iles Vanille ???

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Septembre 2020 - 15:00 Alain BENARD : Candidat sur la 2e

Dimanche 30 Août 2020 - 08:17 Le combat continue