sak ifé nout jordu ék nout demin

​ "Faux et usage de faux"...


Citoyen
Samedi 1 Octobre 2016

Dans la presse réunionnaise de ce matin, les artisans travaillant dur chaque jour, découvrent les combines lamentables de certains candidats...


Pratiques permises par les technologies modernes des "SMS", mais tellement indignes. Tenter de tricher n'est pas tolérable dans une élection, quelle qu'elle soit.

Cette tentative, ces "faits", qualifiés pénalement de « faux et usage de faux" et dénoncés par Cyrille Rickmounie et sa « CAPEB », s'ils sont avérés, nous démontrent une fois de plus la sinistre ambiance "revancharde", des syndicats et associations professionnelles entre elles, qui ne peut se concilier à l'apaisement nécessaire de cette campagne.

Rappel des faits rapides :Un mail du Président de la CAPEB à ses « ouailles », pour les appeler à « voter » pour la liste de Bernard Picardo, retranscrit par des « SMS », qui auraient été falsifiés à l'avantage de la liste « FNTR » de Giraud Payet,.

Seuls des arguments de "vérités", d'analyse des chiffres, du bilan de cette mandature, ont ici leur place. La fin, ne justifie pas toujours les moyens. Surtout s'ils sont « hors la loi ». On observe cependant, dans cette "affaire", que des candidats sont prêts à tout, pour revenir là où ils ont échoué lamentablement, il y a quelques années, quittent à se confondre pénalement.

Ces méthodes nous rappellent celles utilisées en politique à la Réunion. Mais, nous sommes ici dans une élection consulaire. Une élection visant à mettre en place et diriger un outil de travail, une arme économique, bref, une institution sensée être objective et neutre.

Hélas, ces divisions, ces antagonismes, ces luttes intestines, nous sautent alors aux yeux et nous donnent la preuve, s'il en était encore besoin, de l'esprit "clanesque", des choix "partisans", de l'ambiance délétère, qui règnent actuellement au sein de la présidence "PICARDO".

Diviser les artisans pour mieux les contrôler, voilà le programme prioritaire du président de la « CMAR », en exercice aujourd'hui. Tout n'est que "copinage" et "zone d'influence" autour de sa personne, pour pouvoir simplement, bénéficier des avantages de l'institution consulaire, voire "plus si affinités".

Il s'agit là, ni plus, ni moins, que d'une véritable spoliation des droits des artisans, tous théoriquement bénéficiaires des bienfaits, que pourraient leur apporter une institution consulaire neutre.

La "CMAR" est un véritable outil de travail, qui ne doit appartenir et ne servir que les intérêts économique des artisans, et non être un instrument d'asservissement politique.


Une campagne consulaire qui promet en tous les cas, d'être "sale" !

Marc LEWITT



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 24 Juin 2019 - 12:12 Mensonges à la Chambre des Métiers