Philippe Naillet : "François Hollande veut remettre à plat les niches fiscales"

Dimanche 15 Janvier 2012

Le conseiller municipal de Saint-Denis a déjà fait son choix pour les primaires socialistes. Le président de Sodiparc et vice-président de la Cinor, mise sur François Hollande, "quelqu'un qui connaît bien les problématique de La Réunion. Philippe Naillet sera sur le terrain pour faire voter pour l'ancien numéro un du PS". Interview.


Philippe Naillet : "François Hollande veut remettre à plat les niches fiscales"
Comment préparez-vous ces primaires ?
Les choses vont vraiment prendre forme à la rentrée, lors de l'Université d'été du PS. Avec entre autres Jean-Claude Fruteau, député-maire de Saint-Benoît, nous allons organiser des réunions en interne, mais aussi en externe, car rappelons que ces primaires sont ouverts à toutes les personnes inscrites sur une liste électorale.

Vous avez choisi entre Martine Aubry et François Hollande ?
Mon choix est fait depuis le premier avril. Le lendemain, j'ai annoncé à Gilbert Annette, premier secrétaire fédéral du PS que je soutiendrai François Hollande. Même si ce n'est pas sa candidate, Gilbert Annette a respecté ma position.

Pourquoi le choix de François Hollande ?
Lorsque François Hollande était premier secrétaire national du PS, il a toujours soutenu et encouragé notre Fédération locale, dans ses idées, ses projets et sa démarche d'affirmation. François Hollande connaît bien les problématiques de La Réunion.

Qu'est-ce qui vous plaît dans sa vision politique ?
François Hollande a été parmi les premiers à dire : "une société qui ne préoccupe pas de sa jeunesse, est une société sans avenir". La jeunesse doit être la priorité du prochain président de la République. Et chacun comprend bien qua La Réunion où un actif sur deux, de moins de 24 ans, est demandeur d'emploi, la priorité est la jeunesse.

Et en matière de finances publiques ?
François Hollande veut remettre à plat les niches fiscales. Ces niches fiscales, ce sont 75 milliards d'euros, sans plus value économique, ni sociale avec un impact négatif sur les politiques publiques.

Pour vous l'anti-Sarkozy, c'est François Hollande ?
Le discours de François Hollande est clair et précis. C'est un discours responsable qui dit qu'il faut tourner le dos à la politique de Sarkozy. L'actuel président de la République a été complaisant avec les plus riches, et dur avec les classes moyennes. Toutefois, il ne faut pas s'engager sur des mesures qui ne peuvent être tenues.

Jismy Ramoudou