Mèt anlèr nout zarlor - valorisar nòsteis qualitat


"L" d'île à Ille.


Rédigé le Mardi 25 Septembre 2012 à 15:05 | Lu 745 fois | 0 commentaire(s)


Hélène Coré et Sophy Rotbard, deux figures importantes de l'art contemporain à La Réunion, sont à Ille sur Tèt. Elles installent leurs ballots de l'errance, chez André Robèr, à la galerie 13, rue Sainte-Croix. "L" s'expose, "L" se montre. Le binôme nous interpelle sur la femme, sublimée, et paradoxalement blessée, sur la femme à l'avant-garde de toutes les révoltes.


expérimentation à Art Sénik
expérimentation à Art Sénik
Doit-on encore présenter Hélène Coré et Sophy Rotbard ? Deux artistes de l'art contemporain réunionnais incontournables, qui j'en suis heureux, figurent dans mes petits carnets. Je crois un jour, avoir griffonné quelque part "sensibles, talentueuses, novatrices". Et puis, je l'avoue aussi, ce sont deux personnes que j'ai  le plaisir de côtoyer à Art Sénik, lieu d'expérimentation par excellence. Saint-Leu la Ravine des Sables , pour ceux qui n'ont pas eu la chance d'y mettre les doigts de pied.
Lors de mon dernier passage à La Réunion, elles achevaient d'expérimenter leurs installations pour la galerie de maître Robèr. Ce fut une découverte tout en frou frou revendicatif. D'île à Ille, "L" questionne un vaste sujet. La Femme. Femme matrice, femme nourricière, femme sage, femme opprimée, femme révoltée, femme première marronne de l'humanité.

Photo Sophy Rotbard
Photo Sophy Rotbard
Barbie voilée, barbie botoxisée. Barbie soumise au miroir charmant de la société consumériste. Barbie aliénée par une norme esthétique purement misogyne. Hélène Corré et Sophy Rotbard ne font pas l'impasse. "L" s'expose dans toutes les coutures. Robe de papier pour danser le maloya de Pandialé. Robe de goni pour ramasser les maux de la langue mère. Robe de fer pour la prolixe poésie publicitaire. On entre dans l'univers de la femme rêvée, fantasmée. Celle-là comme à la télé. Belle en tout point, prête à se faire croquer. Ou celle-là, martyrisée par la méchanceté des hommes. On consomme du rêve, voilà tout. Tenez ! pile à 18h25, madame payet regarde sa novelas préférée. C'est encore une fille de rien qui devient une fille de biens. Elle n'a pas la voix de Susan Boyle, mais elle dispose d'atouts parlants, très parlants. à cette heure fatidique, une bonne partie de La Réunion retient son souffle, hommes y compris (oui, oui, il y en a. Qu'ils se dénoncent). Ils vivent un rêve fort improbable. Une fille de misère imagine une vie meilleure. Et alors ! "L" peut bien rêver.

Et puis chut ! pourquoi tout dire. Que les chanceux découvrent l'ensemble des installations, photographies, peinture et vidéo. et puis, rien n'empêche les programmateurs réunionnais d'ouvrir leur plus beau salon.




Pour l'heure, "L" se dévoile à la galerie 13 jusqu'au 28 septembre 2012
13 rue Sainte-Croix
66130 Ille s/Tèt
près de Perpignan
du mardi au dimanche
de 14h30 à 18h



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 13 Février 2013 - 22:27 Le ministère de l'éducation ... Municipale.

Jeudi 7 Février 2013 - 14:23 Taubira, la Wonder Woman du gouvernement Ayrault


Liste de liens
Derniers tweets
Galerie



Facebook
Twitter
Mobile
Rss