Ce qui fait la vie de la cité…
Édito

Non cumul des mandats : "Jismy Ramoudou confond mandat et responsabilités procédant de ce mandat", dixit Pierre Vergès

Jeudi 4 Octobre 2012



Non cumul des mandats : "Jismy Ramoudou confond mandat et responsabilités procédant de ce mandat", dixit Pierre Vergès
"Je n’ai pas pour habitude de me livrer à la polémique avec celles et ceux qui font l’effort d’une analyse de la vie politique.
 
 À un moment où la mode pour tout un chacun est à clouer au pilori les "zélés" et les "politiciens" – sans doute pour exorciser le fait que ces "donneurs de leçons" ou "censeurs impitoyables" n’ont pas le courage de se lancer dans ce monde compliqué et justement impitoyable -, il est louable de voir des personnes s’efforcer de montrer que la politique est comme la société elle-même, avec du bon et du mauvais.
 
 Mais il me semble utile de rétablir un certain nombre de vérités, quand un commentateur se lance dans une analyse erronée.
 
Il en est ainsi quand Jismy Ramoudou confond mandat et  responsabilités procédant de ce mandat.
 
 En substance, il écrit ceci pour attester que j’ai cumulé des mandats :
 
"Pierre Vergès qui était vice-président du Conseil régional, PDG de la SR21 et PDG de Ile de La Réunion Tourisme, n’est plus que vice-président du Conseil général."
 
Je sais, tout le monde n’est pas juriste de formation.
 
Mais rien n’interdit Jismy Ramoudou de demander des précisions dans le but louable d’éviter d’écrire des choses fausses.
 
 En effet, au regard de la loi promise notamment par le PS, loi que j’appelle de mes voeux, je n’aurais pas été – je répète, je n’aurais pas été !- en situation de cumul de mandat !
 
 Dois-je rappeler à Jismy Ramoudou que j’avais un seul mandat : celui de conseiller régional.
 
 Et je me permettrai de l’éclairer sur ce qu’il ne sait pas (car je n’ose imaginer qu’il le fait exprès) :
 
1°- Je n’ai été « PDG de la SR21″, employé rémunéré à un poste de direction, qu’au titre de mon mandat de conseiller régional (la loi prévue concerne le non cumul de mandat de parlementaire et de responsable d’exécutif local, et ne prévoit pas d’interdire à un élu d’être PDG d’une structure type SEM ou SPL !)
 
2°- Je n’ai jamais été « PDG de l’Île de La Réunion Tourisme ».
J’ai été président du Conseil d’administration, la direction de la structure associative (ce n’est pas une SEM ni une SPL !) étant confiée à un employé, ce que je n’étais pas à l’IRT.
 
Donc, il aurait été plus juste de dire que jusqu’en mars 2010, j’avais un mandat d’élu, et un seul, celui de conseiller régional, et que depuis 2011, j’ai retrouvé un mandat d’élu, et un seul, celui de conseiller général.
 
 Cela dit, cela n’enlève rien à ce que je souhaite : le non-cumul de mandat de manière plus « audacieuse » : un mandat, et un seul.
 
 Et je vous concède ceci, Jismy Ramoudou : les responsabilités procédant du mandat, quel qu’il soit, sont suffisamment importantes pour éviter de se croire indispensable pour d’autres mandats.
 
Sinon, on aurait tendance à croire que le "désert" politique justifiant son engagement "désintéressé" (sur le plan financier s’entend) est dû à une situation que l’on n’a pas provoquée, ni entretenue…
 
 Ce message, je le porte, je l’assume, et je souhaite le partager. Quant aux autres…"

Sur son blog




Les commentaires

1.Posté par Gérard Jeanneau le 04/10/2012 22:07
Les ti-casquettes de Ti-Pierre

Faisons tout de suite remarquer à notre juriste-péi que mandat signifie bien, étymologiquement parlant, tâche confiée à quelqu'un. Jismy Ramoudou n'a pas fait un lerreur. Ainsi rien ne m'empêche de dire, sourire aux lèvres : "Je donne mandat à mon employée de maison de nettoyer ma voiture tous les vendredis, tout comme un juge a donné naguère mandat d'amener Ti-Pierre devant lui". Il y a mandat et mandat, tâche et tâche. Tâchons d'y voir clair !

Il y a chez nos élus des mandats qui donnent naissance sans douleur aucune à de mirifiques petits mandats. Le maire de La Possession aurait beaucoup à dire sur ce dernier point : son unique mandat de maire lui ouvre la porte du Conseil Général, du TCO, de l'Association des Maires, etc. etc. Si certains ne donnent pas d'euros, ils procurent des avantages indéniables : des voyages par ci, des voyages par là, etc. pour soi-même ou ses dalons. On peut voir son tantine à Paris régulièrement si le coeur vient à chanter ainsi. Notre bon maire a su accorder des voyages à ses dalons quand le Comité de Jumelage battait son plein avant d'être épinglé par la CRC pour obscurité flagrante. Et il sait accorder de petits mandats, appelés astucieusement délégations, à ses adjoints et les retirer à quelques-uns d'entre eux quand l'attelage tire à hue et à dia. Son fils, le dauphin, dispose, grâce aux jeux des petits mandats, d'un joli pécule à la fin de chaque mois sans jamais entrer dans ce prétendu monde compliqué et justement impitoyable. Le dauphin a la chance d'être vice-président du TCO qu'il fréquente au gré de son humeur et il perçoit pour cette périlleuse prestation plus de 1700 euros par mois. Voilà juste le compte d'une tâche que lui confie son bon papa. Passons sur les autres aussi juteuses.

Pierre Vergès, notre juriste-péi, raisonne comme François le Débonnaire. On va mettre de l'ordre dans le cumul des mandats. Sourire aux lèvres, il applaudit des deux mains, n'étant nullement touché par la future loi. Il s'agit des gros mandats seulement, ceux que détiennent bon nombre d'élus nationaux, députés et sénateurs, qui gouvernent ici et là régions, départements ou encore divers groupements de communes, appelés EPCI, dirait notre juriste-péi. Seulement François le Débonnaire s'arrache les quelques cheveux qui lui restent : on rue déjà dans les brancards, certains de ses apôtres n'ont pas envie de voter la loi telle qu'elle se profile; des amendements se préparent; on ne devrait viser que les très grosses communes comme Paris, Lyon et Marseilles. Huguette Bello n'a pas de souci à se faire, ni le socialiste des champs, Patrick Lebreton, ni notre Cincinnatus-péi, Jean-Claude Fruteau, qui se dévoue corps et âme pour la plèbe et la sauvegarde de ses privilèges. Oui, on va mettre la barre bien haut et épargner de bonnes têtes. Pierre Vergès va peut-être déchanter si la tête de Saint-Paul ne tombe pas. Et elle est assez bien en cour pour échapper au couperet de la loi de François le Débonnaire !

Je crois savoir tout cela grâce à mon amie, la Pythie de Delphes, qui voit clairement l'avenir de ce monde compliqué et justement impitoyable où l'on se fait tant de soucis pour enrichir son escarcelle au jeu des mandats, délégations et missions ! Pierre Vergès donne l'impression de nous avoir dépeint l'univers impitoyable de Dallas. Pourtant son bon papa l'a sérieusement épaulé sans que le fiston ait eu à suer sang et eau. Pourquoi donc se mettre en exergue comme on peut le faire d'une breloque un peu dorée au point de laisser croire qu'on est un glorieux héros des urnes ? Ti-Pierre a son parfait alter ego, Tartarin de Tarascon !

Mais revenons à notre mouton, au mot qui fâche mandat. Pour plus de clarté, on peut employer le terme imagé de casquette pour le mandat et ti-casquette pour le petit mandat. Chaque élu peut compter les siennes. A Ti-Pierre d'ôter le voile là-dessus pour son propre compte. Et qu'il n'oublie surtout pas sa ti-casquette que lui a donnée le maire du Port, à la mairie du Port, sa meme meme !

2.Posté par un autre messge Pierre le 04/10/2012 22:17
Un message monsieur Verges et réponds à nou: Pourqoui ton pére n'a t-il pas demissionné de son poste de senateur au profit de mme Hoarau Gélita comme il l'avait promis.
la reconstruction s'est finie d'aprés nous....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:07 Le Tampon "Tout ça pour ça".