Ce qui fait la vie de la cité…
Invité(e)

Jean-Yves Langenier : "Le déni de la liberté d’opinion s’exerce de manière sélective à Saint-Paul"

Mercredi 20 Juin 2012

"La décision de la députée-maire de Saint-Paul de retirer ses délégations à sa douzième adjointe, Marie-Rose Gras, pour la "punir" de s’être engagée à mes côtés en présidant mon comité de soutien lors de ces élections législatives, mérite d’être analysée au regard d’autres situations similaires".



Jean-Yves Langenier : "Le déni de la liberté d’opinion s’exerce de manière sélective à Saint-Paul"
"Deux des adjoints de la municipalité portoise ont choisi, sans aucune ambiguïté, de faire campagne pour la maire de Saint-Paul. L’un est devenu — pas moins que ça ! — suppléant d’Huguette Bello. L’annonce officielle en a été faite en date du 21 février. L’autre a mené une campagne active sur le terrain.

Face à cette situation de dissidence affichée, j’ai estimé que la liberté d’opinion de ces deux adjoints ne devait être entravée en aucune manière et ne souffrir d’aucune mesure de rétorsion. Au nom de cette valeur inaliénable, la liberté d’opinion, j’ai estimé qu’il revenait donc à ces deux adjoints d’assumer pleinement et personnellement la portée de leurs actes et de prendre les initiatives que l’honneur leur dictait au regard de la rupture qu’ils avaient eux même provoquée.

Je constate que - par calcul ? - ils n’ont pas pris la décision de renoncer à leurs prérogatives municipales comme l’aurait pourtant exigé la situation engendrée par leur choix. Cette décision relevait pourtant de leur totale responsabilité. Elle était la conséquence logique et implacable de leur nouveau positionnement politique avec Huguette Bello et ils ont eu amplement le temps, en quatre mois, de prendre les dispositions qui s’imposaient.

Je constate que, contrairement à l’exemple de Pierre Thiébaut, élu de Saint-Paul qui a clairement mis ses actes en conformité avec son choix en rendant ses délégations, les deux adjoints dissidents du Port n’ont à aucun moment assumé leurs propres contradictions ni les conséquences qui en découlaient. Ils ont refusé d’aller jusqu’au bout de leur logique, malgré l’incompatibilité morale que leur décision a engendrée.

Je constate que cette situation de statu quo qui perdure par-delà la campagne électorale et les élections a, semble-t-il, obtenu l’approbation de la maire de Saint-Paul qui n’a, à aucun moment, manifesté une quelconque émotion au regard des incohérences politiques et de la confusion que cette posture n’a pas manqué de susciter.

Je constate que Mme Bello n’hésite pas à utiliser contre Marie-Rose Gras les méthodes qu’elle a dénoncées par ailleurs à plusieurs reprises, agissant avec la plus grande diligence, sans même laisser à l’intéressée le temps de prendre ses dispositions. Le soutien de Marie-Rose Gras à ma candidature a été officialisé le lundi 4 juin. A peine 10 jours plus tard, elle se voit remettre par des policiers municipaux à son domicile le document officiel lui retirant ses délégations.

Je constate que la manière forte a ainsi été employée alors que Marie-Rose Gras, représentant la société civile au sein de la coalition municipale de Saint-Paul, n’a pas agi autrement que d’autres élus Saint-Paulois qui ont pourtant été candidats pour d’autres partis politiques sans pour autant essuyer les foudres de la première magistrate : ils n’ont pas été privés de leurs délégations.

Je constate que la députée-maire de Saint-Paul agit donc envers les élus de son conseil municipal de manière plus qu’inique, leur réservant un traitement différencié qui dénote un acharnement envers ceux qui ont osé marquer leur soutien d’une manière ou d’une autre au parti communiste réunionnais tandis que ceux qui s’engagent pour d’autres formations politiques ne subissent absolument aucun préjudice.

En voici des exemples :
- Jean-Marie Lasson, cinquième adjoint d’Huguette Bello, candidat du Parti Socialiste dans la septième circonscription face notamment au premier adjoint d’Huguette Bello,
- Laurence Lougnon, sixième adjointe d’Huguette Bello, candidate du Parti Socialiste dans la deuxième circonscription, face à Huguette Bello elle-même,
- Jean Erpeldinger, septième adjoint d’Huguette Bello, candidat suppléant de Danon Lutchmée Odayen (Europe Ecologie les Verts) dans la septième circonscription.

Je déplore que la députée-maire s’apprête à franchir un nouveau pas dans sa volonté de représailles et de sanctions envers Marie-Rose Gras et Pierre Thiébaut. Effectivement, pas moins de quatre points sont inscrits à l’ordre du jour du prochain conseil municipal saint-paulois pour écarter totalement les deux élus. Ainsi, la députée-maire demande à son conseil municipal de ne pas maintenir Marie-Rose Gras dans ses fonctions de douzième adjointe ni dans celles de déléguée communautaire au TCO.

Par ailleurs, Marie-Rose Gras et Pierre Thiébaut se verront retirer toutes les représentations dans des organismes extérieurs.

Je constate pour finir que des valeurs aussi fondamentales que la liberté d’opinion et le respect sont encore bien mal partagées".

Section PCR Port




Les commentaires

1.Posté par Joseph Hoareau le 20/06/2012 04:35
M. Langenier, "fidèle serviteur zélé de son maître" ( serviteur zélé ne veut pas dire esclave mais simplement dominé consentant ), a beaucoup apprécié les violentes attaques publiques orales dans les meetings et écrites dans la presse auxquelles s'est livré Mme Marie Rose Gras à l'encontre de sa Maire. Ces attaques laissaient alors à penser avec joie au "fidèle serviteur zélé de son maître" qu'elles agiraient en faveur de son élection. Mme Gras n'avait-elle pas déjà, par ambition et affairisme, trahi sa Maire lors des régionales ? Les Portois, les Possessionnais et les St Paulois ont clairement exprimé par leur votes dignes d'un plébiscite ce qu'ils pensaient de la candidature "sur ordre' du 'fidèle serviteur de son maître" et du rôle de sa souteneuse face à celle qu'ils ont prouvé par leurs suffrages reconnaître comme LEUR DEPUTEE.

N'ont-ils pas clairement indiqué par leurs votes ce qu'ils pensaient du "dikat" du vieux maître à ne pas penser de M. Langenier ?

Lorsque le "fidèle serviteur de son maître" a cédé sur ordre son siège de conseiller général au fils de son maître, les Portois avaient exprimé leur désaccord en le plaçant en ballotage, ce qu'ils n'auraient pas fait avec la candidature de leur maire. En voulant chasser Huguette Bello de son mandat de députée pour y mettre son fils, le maître de Langenier a une fois de plus voulu imposé son népotisme comme il avait voulu l'imposer aux Réunionnais pour la MCUR de sa fille.

Devant le refus de Huguette Bello d'être aussi servile que Langenier, il a fallu que le fils aille prouver son immense impopularité sur St Denis. La magouille du maître de Langenier a échoué et la complaisance de son fidèle serviteur zélé n'a pas servi car les Réunionnais ouvrent les yeux et refusent que la dynastie Vergès entende encore imposer sa loi, même avec la pitoyable servilité de ces dalons qui en ont toujours tiré parti et profits.

A 87 ans, alors que tant de Réunionnais aspirent à une retraite à 60 ans, ne serait-il pas temps pour le vieux dirigeant Paul, et son vieux comparse Elie à 75 ans, de laisser VRAIMENT la place aux jeunes .... autres que son fils ?

Il semble bien que les "brillants" résultats des élections législatives soient une éclatante réponse collective et sans appel des Réunionnais à cette question !!!!

2.Posté par le temps le 20/06/2012 05:48
"Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire." - George Orwell -

3.Posté par Mal parti le 20/06/2012 06:22
Dommage ces règlements de compte à un moment ou le PCR traverse une crise et que le nouveau parti de bello à besoin de militants

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter





Derniers commentaires
Le journal d'information 100%politique de La Réunion - gratuit, interactif, info 974