Ce qui fait la vie de la cité…
Politique

Gérard Jeanneau : "Les ti-casquettes de Ti-Pierre"

Vendredi 5 Octobre 2012

"Faisons tout de suite remarquer à notre juriste-péi que mandat signifie bien, étymologiquement parlant, tâche confiéeà quelqu'un. Jismy Ramoudou n'a pas fait une lerreur. Ainsi rien ne m'empêche de dire, sourire aux lèvres : "Je donne mandat à mon employée de maison de nettoyer ma voiture tous les vendredis, tout comme un juge a donné naguère mandat d'amener Ti-Pierre devant lui". Il y a mandat et mandat, tâche et tâche. Tâchons d'y voir clair !"



Gérard Jeanneau : "Les ti-casquettes de Ti-Pierre"
"Il y a chez nos élus des mandats qui donnent naissance sans douleur aucune à de mirifiques petits mandats. Le maire de La Possession aurait beaucoup à dire sur ce dernier point : son unique mandat de maire lui ouvre la porte du Conseil Général, du TCO, de l'Association des Maires, etc. etc. Si certains ne donnent pas d'euros, ils procurent des avantages indéniables : des voyages par ci, des voyages par là, etc. pour soi-même ou ses dalons. On peut voir son tantine à Paris régulièrement si le cœur vient à chanter ainsi.

Notre bon maire a su accorder des voyages à ses dalons quand le Comité de Jumelage battait son plein avant d'être épinglé par la CRC pour obscurité flagrante. Et il sait accorder de petits mandats, appelés astucieusement délégations, à ses adjoints et les retirer à quelques-uns d'entre eux quand l'attelage tire à hue et à dia. Son fils, le dauphin, dispose, grâce aux jeux des petits mandats, d'un joli pécule à la fin de chaque mois sans jamais entrer dans ce prétendu monde compliqué et justement impitoyable.

Le dauphin a la chance d'être vice-président du TCO qu'il fréquente au gré de son humeur et il perçoit pour cette périlleuse prestation plus de 1700 euros par mois. Voilà juste le compte d'une tâche que lui confie son bon papa. Passons sur les autres aussi juteuses.

Pierre Vergès, notre juriste-péi raisonne comme François le Débonnaire. On va mettre de l'ordre dans le cumul des mandats. Sourire aux lèvres, il applaudit des deux mains, n'étant nullement touché par la future loi. Il s'agit des gros mandats seulement, ceux que détiennent bon nombre d'élus nationaux, députés et sénateurs, qui gouvernent ici et là régions, départements ou encore divers groupements de communes, appelés EPCI, dirait notre juriste-péi.

Seulement François le Débonnaire s'arrache les quelques cheveux qui lui restent : on rue déjà dans les brancards, certains de ses apôtres n'ont pas envie de voter la loi telle qu'elle se profile; des amendements se préparent ; on ne devrait viser que les très grosses communes comme Paris, Lyon et Marseilles.

Huguette Bello n'a pas de souci à se faire, ni le socialiste des champs, Patrick Lebreton, ni notre Cincinnatus-péi, Jean-Claude Fruteau, qui se dévoue corps et âme pour la plèbe et la sauvegarde de ses privilèges. Oui, on va mettre la barre bien haut et épargner de bonnes têtes. Pierre Vergès va peut-être déchanter si la tête de Saint-Paul ne tombe pas. Et elle est assez bien en cour pour échapper au couperet de la loi de François le Débonnaire !

Je crois savoir tout cela grâce à mon amie, la Pythie de Delphes, qui voit clairement l'avenir de ce monde compliqué et justement impitoyable où l'on se fait tant de soucis pour enrichir son escarcelle au jeu des mandats, délégations et missions ! Pierre Vergès donne l'impression de nous avoir dépeint l'univers impitoyable de Dallas. Pourtant son bon papa l'a sérieusement épaulé sans que le fiston ait eu à suer sang et eau. Pourquoi donc se mettre en  exergue comme on peut le faire d'une breloque un peu dorée au point de laisser croire qu'on est un glorieux héros des urnes ? Ti-Pierre a son parfait alter ego, Tartarin de Tarascon !

Mais revenons à notre mouton, au mot qui fâche mandat. Pour plus de clarté, on peut employer le terme imagé de casquette pour le mandat et ti-casquette pour le petit mandat. Chaque élu peut compter les siennes. A Ti-Pierre d'ôter le voile là-dessus pour son propre compte. Et qu'il n'oublie surtout pas sa ti-casquette que lui a donnée le maire du Port, à la mairie du Port, sa meme meme !"

Réactions




Les commentaires

1.Posté par jason bourne le 06/10/2012 16:50
ne pas oublier son emploi ( et le salaire associé) d'attaché territorial

2.Posté par Candide le 08/10/2012 09:36
Donc on n'a pas le droit d'être contre le cumul des mandats si on n'est pas soi-même en situation de cumul?
C'est idiot ce que vous dites...

3.Posté par Gérard Jeanneau le 08/10/2012 17:36
Mon bon Candide, relis mieux mon article; je ne soutiens pas cela ! Il ne faut pas fâcher Descartes !

Le grand Cuisinier de l'Elysée, François le Débonnaire, nous mijote une loi qui ne devrait toucher que les gros mandats; il fait un habile tri dans ses salades. Ainsi un maire peut avoir quelques vice-présidences, ici et là, et, en cas de surmenage, distribuer des délégations, des ti-casquettes. Il est tout logiquement pour le non-cumul des mandats, arrangé à la sauce presque fade du Débonnaire.

Ti-Pierre à qui on reprochait d'avoir trop de mandats, au temps où le pharaon régnait, a balayé cet argument en disant qu'il suffit de déléguer. Le cachottier a oublié de nous dire s'il amputait son indemnité pour verser une quote-part aux détenteurs des ti-casquettes ou si c'est le contribuable qui fournissait aux deux râteliers.

Le PDBS - Parti Du Bon Sens - n'apprécie pas beaucoup les élus juristes en raison de leur habileté à nous faire avaler leur légalité : ces gens-là savent concocter des arrêtés cousus de fil blanc, leurs privilèges. Ils savent aussi rétribuer convenablement les mandats. Il y a un fossé très profond entre le légal de nos juristes et le légitime du PDBS. Nos bons juges font de leur mieux pour concilier ce qui paraît inconciliable.

Une France plus juste, c'est pour les lendemains qui chantent, pour les calendes grecques de J.-C. Fruteau.

4.Posté par Gérard Jeanneau le 22/01/2013 20:56

Et le bon lien est le suivant :


5.Posté par livius le 23/01/2013 13:58
"Ti-Pierre à qui on reprochait d'avoir trop de mandats, au temps où le pharaon régnait"

Pierre Vergès n'avait qu'un mandat, conseiller régional à l'époque où son père présidait la Région. En tant que conseiller il était vice-président de cette assemblée. Et encore une ânerie proférée sans réfléchir par Jeanneau...

6.Posté par Gérard Jeanneau le 23/01/2013 16:48

Du temps où Paul Vergès était le pharaon de La Réunion, Ti-Pierre était vice-président à la région. Papa lui a donné aussi les rênes du tourisme avec un bon budget qui a permis au président de faire de beaux voyages. Ti-Pierre était enfin aux commandes du ti-train. Réflexions faites, cela fait tout de même quelques ti-casquettes.

Proféré-je une ânerie, bon (Titus) Livius ? Le compte est bon, me semble-t-il.

7.Posté par livius le 24/01/2013 15:18
"Papa lui a donné aussi les rênes du tourisme avec un bon budget qui a permis au président de faire de beaux voyages. Ti-Pierre était enfin aux commandes du ti-train."

Ce ne sont pas des MANDATS vous aviez écrit: MANDATS.
Ou bien on est précis ou bien on s'abstient.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 7 Septembre 2017 - 12:07 Mayday : Rien ne va plus…

Vendredi 28 Avril 2017 - 09:26 Philippe NAILLET : Saint-Benoît

Vendredi 5 Mai 2017 - 19:12 Jean-Jacques MOREL À Marisol TOURAINE