Ce qui fait la vie de la cité…
Politique

Aniel BOYER : "Cherchez l’erreur !"

Vendredi 10 Février 2017

Après l’affaire « big million » de Sarkozy, celle en court de Francois Fillon, localement on veut la tête du leader du parti indépendantiste Nasion Rénioné.
Je suis convoqué au tribunal aujourd’hui après une arrestation musclée et armée à la Boko haram il y a deux ans.



Communiqué de presse - Procès d’Aniel Boyer : On veut la tête de l’indépendantiste

Archives OF
Archives OF
On m’accuse d’extraction de matériaux dans le lit de la rivière Saint Etienne alors que je suis riverain au Bras de Cilaos et que je suis sur mon terrain. Tout propriétaire en France continentale a le droit de curer sa berge pour éviter des crues destructrices de mon terrain. (Sommes nous en France ici ?)
Je rends d’ailleurs service à la route du Ouaki en la protégeant par ce curage de la berge.

On m’accuse d’entrave au débit des eaux alors que mon terrain ne le borde pas et si on pose la question aux usagers, ils vous diront que la plupart du temps ce cour d’eau est asséché.

On m’accuse de travail au noir alors que sur ma plateforme, je mets en place un musée de voitures lontan où mon frère et mon fils arrêté bestialement également s'occupaient à la mécanique.

Le rappel d'une définition est nécessaire :

Définition du travail au noir :
Le travail au noir ne peut exister à la Réunion car d’une part :
Ce sont les propriétaires terriens de ce fait les esclavagistes qui furent indemnisés alors que la population servile sort de l’esclavage sans terre, sans moyens.
 Une fois départementalisé ces mêmes haleurs de pioches pour arrondir la journée travaillaient et nourrissaient leurs familles dignement.  A partir de l’installation du RMI puis du RSA,dans un contexte contexte de vie chère, les familles réunionnaises sont plongés dans le désarroi social et moral. Il n y a plus de dignité avec l'assistanat encore moins avec la dépendance tout azimut.
      D’autre part :
Les pouvoirs politiques nationaux et locaux n’ont pas de solutions pour les Réunionnais. Pour preuve regardez les chiffres du chômage, du mal logement, de la violence, des vols et du nombre de Réunionnais déportés pour le travail.
Le travail au noir le vrai c’est celui qui vient d’en haut. Deux exemples pour démontrer mon argument :
1/Le ministère de la justice qui a embauché plus de 45 000 personnes sans contrat de travail 
2/Le ministre et non des moindres du budget qui avait placé son argent en Suisse. 

Ici, le fruit du travail au noir sois disant au noir, est injecté dans le circuit économique, de plus la balance commerciale est nulle, on achète presque tout sans produire. La production crée de l'emploi pas la consommation à outrance.
Aucun placement d’une journée de pioche n’est possible à l’étranger à part les ti voyages à Maurice.
Aussi, sont achetés des baguettes, des bouteilles d’huiles, des queues de morues, des piles plates pour certains.

N’oublions pas de signaler aux Réunionnais que c’est la Réunion qui assiste la France et non le contraire, de part, sa présence maritime dans le secteur.
Le rayonnement géo stratégique dans l’océan indien permet à la France de prélever en taxes et barrières douanières plus d’argent qu’elle n’en distribue aux Réunionnais. (voir les chiffres sur le site www.sénat.fr)

Cherchez l’erreur !

Aniel BOYER




Les commentaires

1.Posté par Bayoune le 12/02/2017 08:10
Il semblerait bien que Mr Boyer travaille sur son terrain, à moins de considérer, que même avec un acte de propriété, l'Etat français considère qu nulle part le réunionnais serait chez lui. Le bras de rivère asséché la plupart du temps passe sur le terrain de Mr Boyer, il a demandé l'endiguement, les autorités sont restées sourdes. Dans les gros temps comme en ce moment, la rivière déborde sur la propriété de Mr Boyer, il est normal qu'il débarrasse sont terrain des encombrants déposés par la rivière en crue, qui ne le ferait pas. Cette accusation contre Mr Boyer démontre une volonté de le culpabiliser, de l'humilier, lui et sa famille, c'est dans les gènes du colonialisme. L'exemple d'Aulnay s/s Bois vient de nous rappeler le caractère fasciste des autorités coloniales, la bas envers les afros-émigrés, ex colonisés chassé de leur pays pour le plus grand bénéfice du capitalisme. Peut-on faire confiance à l'(in)-justice coloniale qui étouffe les peuple quand çà ne va pas jusqu'à l'assassinat.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 7 Septembre 2017 - 12:07 Mayday : Rien ne va plus…

Vendredi 28 Avril 2017 - 09:26 Philippe NAILLET : Saint-Benoît